Bienvenue dans cette troisième exploration pédagogique de tableaux de grands peintres. Faites “lire des oeuvres” aux enfants, ils seront intarissables et se précipiteront pour créer à leur tour, “à la manière” du peintre, ou pas.

.
.

Aujourd'hui : deux immenses peintres, un espagnol et un français !

Dans le précédent article, je vous confirmais qu'un tableau était fait pour être vu “en vrai”, et certainement pas sur un écran de smartphone.

Permettez-moi de vous raconter une anecdote à ce sujet.

La Reina Sofía

C'était il y a largement plus de vingt ans.

Je me trouvais pour quelques jours à Madrid.

Je voulais aller voir le tableau “Guernica” de Picasso, qui se trouvait au musée de la Reina Sofía (la reine Sophie).

L'original fait près de 8 mètres de long !

J'avais une raison particulière à cette envie : je ne comprenais pas pourquoi on présentait cette toile comme un chef d'oeuvre. Je trouvais que c'était intéressant graphiquement, qu'il y avait une signification politique forte, mais de là à en faire une oeuvre majeure, d'une immense importance artistique, il y avait un pas que je voulais bien franchir, mais il fallait d'abord que je puisse me rendre compte de la chose de mes propres yeux.

Je suis entré dans le musée.

La toile était là. Immense : 3,5 mètres de haut, 7,76 mètres de long ! Je me suis retrouvé face à elle.

Et je me suis pris une CLAQUE monumentale.

J'ai dû rester immobile pendant un quart d'heure, presque tétanisé.

Et c'est à ce moment-là que dans ma tête, “ma” définition du mot “Art” est apparue, évidente.

L'art est de l'énergie

Je vous en avais déjà parlé il y a sept ans (voir ici).

C'est apparu comme une évidence : un artiste est une machine à produire de l'énergie. Il emmagasine cette énergie dans son oeuvre. Et ensuite, ceux qui sont en contact avec cette oeuvre perçoivent cette énergie, à condition qu'ils soient en quelque sorte sur la même longueur d'ondes. Sinon, ils ne ressentent rien.

Ce jour-là, donc, Picasso m'a collé une sacrée décharge.

Mais ce n'était pas tout : dans le même musée, il y avait une exposition fabuleuse de toiles de Miró, et là aussi je me suis retrouvé complètement connecté.

Il n'y avait absolument rien à voir entre les reproductions de ces toiles et les originaux en format réel. Rien à voir. Tout à ressentir.

Revenons à la pédagogie et à la découverte d'oeuvres picturales par les élèves de maternelle.

“Grande nature morte au guéridon”

Pablo Picasso a peint cette nature morte en 1931.

.
.

Je la trouve incroyablement vivante… Pas vous ?

On s'attend à la voir s'animer d'un moment à l'autre.

Un jeu de couleurs.

Un jeu de formes.

Une double harmonie.

Nanoug s'en est emparée, et avec ses élèves, elle a “cassé le Picasso”. Déconstruit. Eparpillé façon puzzle. Et reconstruit.

Ce ne sont plus les élèves qui peignent “à la manière de Picasso”, mais la toile de Picasso qui est réinventé “à la manière des élèves”.

Pour tout savoir sur l'activité proposée par Nanoug à propos de ce tableau, rendez-vous sur son blog en cliquant ici !

« Les poissons » de Matisse

Tout comme Picasso, Henri Matisse aimait les toiles en grand format.

Il aimait la couleur, les formes. Ses papiers découpés sont célèbres à juste titre. Le grand Matisse…

Les “poissons rouges” avaient une caractéristique. N'oublions pas qu'ils ont été peints en 1911.

.
.

Matisse simplifiait tout, changeait l'idée même que l'on pouvait se faire de la peinture figurative à l'époque. Il allait beaucoup plus loin que les impressionnistes de la fin du siècle précédent.

Le résultat ? Une grande fraîcheur, des coups de pinceau qui ne se “cachent pas”, des couleurs et des formes pures, une perspective naïve qui peut paraître fausse, mais qui au contraire est soigneusement calculée pour donner à l'ensemble une construction parfaitement équilibrée.

Nanoug est partie à la pêche de ces poissons deux fois dans sa classe, en suivant deux approches différentes.

L'approche graphique…

.
.

Cliquez ici pour la première approche de ce tableau

L'approche des couleurs et des répétitions…

.
.

Cliquez ici pour la deuxième approche de ce tableau

N'oubliez pas de (re)lire les deux premiers articles de cette série : ici et .

Une approche précise et rigoureuse

Pour rappel, voici l'approche pédagogique de Nanoug, rigoureusement en phase avec les instructions officielles :

.
.

…Ainsi que la démarche employée pour l'étude des deux tableaux :

.
.

A bientôt pour la suite !