Mikail est un artiste peintre reconnu. Ses oeuvres sont exposées dans des galeries d'art, les collectionneurs les apprécient, les prix s'envolent. Une exposition est prévue à Paris dans quelques mois. Petit détail : Mikail a sept ans.

.

Photo tirée de la page Facebook de Mikail Akar

.

Intéressons-nous à son cas, qui suscite des réactions d'admiration, d'indignation ou de moquerie, c'est selon 🙂

En ce qui me concerne, ma réaction est l'admiration.

Mozart composait ses premiers menuets à l'âge de six ans.

Le violoncelliste Yo-Yo Ma a fait son premier concert à l'âge de six ans, lui aussi.

Picasso peignait ses premières toiles à l'âge de huit ans.

.
.

Des enfants artistes, c'est possible ? Bien sûr !

.

Ce qui est intéressant chez Mikail Akar, c'est qu'il permet de mettre en parallèle deux vérités :

1/ Les enfants sont de grands créatifs, dans tous les domaines, et ils s'épanouissent totalement en pratiquant les arts plastiques. (Ensuite, ils oublient qu'ils ont ce don, la faute à qui ?)

2/ C'est l'intention qui fait l'artiste.

Voici une petite vidéo en français sur notre petit phénomène, vous en trouverez plein d'autres sur Youtube, le plus souvent en allemand (normal, c'est le pays de Mikail) mais s'agissant de peinture, la langue importe peu…

.
.

Dernièrement, dans l'article sur “la banane à 150 000 dollars”, j'ai eu un échange de commentaires très intéressant avec Claudine, une lectrice passionnée par le sujet de l'art, de la création et des enfants.

Par-delà la problématique de l'intention (et la définition du mot “chef d'oeuvre”), le grand sujet de la conversation était, une fois de plus, la définition mouvante qu'on peut attribuer au mot “art”.

.

Ah, l'art…

.

Je ne vais pas ici disserter de nouveau autour de ce petit mot si particulier, qui a tendance à nous glisser entre les mains, je vous laisse juste découvrir le jeune Mikail et réagir ensuite :

    Mikail est-il un authentique artiste ou bien une machine à cash pour ses parents ? Ou les deux ? Mikail ne fait-il que copier ses idoles (comme Pollock, Richter ou Basquiat), en faisant finalement du “à la manière de ?” Un enfant de sept ans peut-il avoir conscience qu'il fait de l'art ?

Mon opinion ? Mikail est un enfant, donc il possède en lui des possibilités d'observation et de création absolument phénoménales. Ses parents l'ont mis dans des conditions lui permettant d'exprimer pleinement ces facultés, et ensuite ils ont su l'exposer à la lumière et gérer sa notoriété.

C'est la démarche de tous les artistes qui arrivent à se faire connaître, tout simplement…

Mikail est il un simple “petit copieur” de grands artistes qui l'ont précédé ?

Non.

Mikail est passionné, il observe les travaux des autres peintre, il se transforme en éponge, et il produit à son tour, se servant de ce qu'il a engrangé, y ajoutant sa personnalité.

Nous ne sommes tous, finalement, que la somme de nos influences…

Mikail n'est-il qu'un innocent enfant placé malgré lui sur un piédestal par le snobisme de l'art contemporain alors qu'il ne fait que des barbouillages sur toile ?

Oui et non. Il a un sens de la couleur assez incroyable et ses compositions sont d'un équilibre impressionnant. On est loin du barbouillage.

Et l'art contemporain est constamment à la recherche de l'originalité, de l'inédit, du “pas encore vu” : il est donc normal qu'il s'intéresse à cet enfant hors normes… Il en fait un produit commercial, dans le but de faire monter sa côte, probablement de manière artificielle. Mais c'est le cas d'une INFINITÉ d'autres artistes, ce n'est absolument pas nouveau.

Bravo Mikail, garde la tête froide, et que ton cas fasse réfléchir parents et enseignants : un potentiel, quel qu'il soit, est fait pour être libéré, et non pas étouffé…

Ah, au fait : quand il sera grand, Mikail aimerait devenir footballeur…

.

Image tirée du compte instagram de Mikail Akar


Quelques liens :

Les oeuvres de Mikail sur son site web. (Il existe une version française, cliquez sur FR dans le menu)

Son compte Instagram

Son compte Facebook