Non, ce n’est pas le titre d’une fable de La Fontaine. C’est une recette d’efficacité et de plénitude: le crapaud et le papillon sont deux animaux de compagnie à apprivoiser pour se sentir bien.

.

.

Retour sur un article paru en 2014 (le crapaud) agrémenté d’un petit complément pour 2018 : le papillon.

C’était en 2014 : je vous proposais d’avaler un crapaud chaque matin.

Rassurez-vous, c’était une image, le crapaud en question n’étant pas un vrai batracien mais une astuce permettant de gagner en efficacité et de voir avancer comme par magie des projets que nous remettions sans cesse au lendemain, avant de connaître cette recette.

Je vous propose de relire cet article (il est court) avant de passer au lépidoptère qui suit…

Retrouvez l’article sur le crapaud ici : cliquez

Pas de crapaud sans papillon

Ghyslaine est une amie qui me parle régulièrement du crapaud quotidien. Depuis qu’elle a lu l’article où je le présentais, elle met en pratique la recette au quotidien.

Mais elle l’a améliorée, en introduisant un ingrédient supplémentaire : le papillon.

Je lui ai demandé si elle voulait bien rédiger un petit texte où elle explique son procédé.

Elle a accepté :

.

Depuis que j’ai lu l’article de Michel sur le crapaud journalier, j’ai changé mon mode de fonctionnement et c’est très positif sur mon bien vivre au quotidien.

Avaler mes crapauds petit à petit s’est avéré bien plus digeste pour mon cerveau plutôt qu’une procrastination latente qui finit toujours par un alourdissement psychique pénible à vivre.

Mais j’ai un peu amélioré le dispositif . Ok, je veux bien avaler mon crapaud mais pour compenser je m’offre un papillon !

Qu’est ce qu’un papillon ?

L’inverse d’un crapaud bien sûr, un petit plaisir à se promettre comme une récompense pour avoir vaincu le batracien.

Déjà, y penser est agréable….

Chacun d’entre nous pourra faire sa liste personnelle de papillons. Il est souhaitable que ce soient des petits bonheurs , des petites envies, des moments agréables mais réalisés en toute conscience.

Et, si on est un peu futé, on peut justifier la compensation du poids du crapaud par son équivalent en papillons.

Mais là, c’est de la gourmandise !

GHYS

.

Que pensez-vous de cette recette ?

Certes, tout le monde aime les papillons.

Et avec un crapaud en hors d’oeuvre, le papillon se pare de couleurs supplémentaires.

C’est la petite douceur quotidienne, assumée et à savourer sans culpabiliser !

.

Follow on Bloglovin