Fernand Bentolila est un grand érudit qui a une passion : la grammaire. Il m’a contacté il y a quelques jours pour me poser une petite question. L’article que vous allez lire est en quelque sorte ma réponse à sa question. De quoi parle-t-il ? De conjugaison !

.

.

Je vous suggère de prendre le temps de le lire : d’une part vous allez activer vos neurones, ce qui est recommandé par tous les bons médecins, mais en plus vous allez peut-être vous rendre compte que certains domaines qu’on pourrait croire figés pour l’éternité sont en réalité bien vivants !

Fernand Bentolila ne prend pas la langue française à la légère : il est agrégé de grammaire depuis 1957, il a un parcours d’enseignant de haut niveau (il a entre autres enseigné la linguistique générale à l’Université René Descartes de Paris).

Comme enseigner, c’est aussi apprendre, découvrir, explorer des chemins parfois difficiles, Fernand est parti exercer au Maroc (à la faculté de lettres de Rabat) et en a profité à son retour pour passer un doctorat d’état sur le thème de la « Grammaire fonctionnelle d’un parler berbère » !

Mais ce n’est pas tout : il a également écrit des livres, des articles, toujours sur le thème de la grammaire française. Nous avons donc affaire à un expert qui possède à la fois la passion, l’expérience et des connaissances approfondies sur le sujet.

Mais, me direz-vous, que vient faire un article parlant d’un grammairien de compétition sur un petit blog fréquenté en grande partie par des enseignants de maternelle, qui, c’est bien connu, ne se lèvent pas la nuit pour réviser les règles d’accord du participe passé…

Tout a commencé par un petit mail reçu il y a quelques semaines. Il disait ceci :

Monsieur,
Je voudrais publier un manuel de conjugaison des verbes français. Fondé sur la phonie, il permet un classement plus rigoureux que les manuels diffusés actuellement et facilite l’apprentissage. Pourriez-vous m’aider à trouver un éditeur ? Voici l’adresse de mon site :
http://linguistique-francaise-berbere.fr

Je vous remercie et vous prie de croire, Monsieur, à mes sentiments dévoués.
Fernand Bentolila

J’ai répondu à Fernand Bentolila (qui est, renseignement pris, le cousin germain du père d’Alain Bentolila ):

« La seule manière pour moi de vous aider à trouver un éditeur serait de publier un article sur votre projet. »

Nous nous sommes mis d’accord pour publier un article de présentation de ce projet. Vous le trouverez ci-dessous.

Et voilà, vous en savez plus … mais vous ne savez pas tout !

  • Fernand Bentolila n’est pas qu’un expert : c’est un chercheur, un explorateur, qui considère que notre manière d’aborder la grammaire (et la conjugaison) ne doit pas être figée, mais qu’une bonne remise en question de certains de ses aspects serait une bonne chose.
  • Tilékol est un blog destiné à des gens curieux, aimant, comme vous le savez, « enseigner, apprendre, partager ». Partons donc à la découverte de contrées peu connues, même si leur abord est un peu austère pour des non-spécialistes : faire travailler ses neurones est un sport excellent !
  • Le sujet est très intéressant : Fernand Bentolila propose de mettre en oeuvre une méthode permettant de simplifier l’accès à la conjugaison, en s’appuyant sur la phonie des verbes plutôt que sur leur graphie. Vous allez voir, l’approche est très logique.
  • Si vous êtes éditeur, ou si vous en connaissez un, susceptible d’être intéressé par la thématique développée ci-dessous, merci de lui demander de visiter cette page ou de lui envoyer le texte de l’article de Fernand Bentolila, disponible en PDF en cliquant ici. Il est également plus lisible, pour des questions de mise en page difficiles à maintenir sur Internet.

 

Et maintenant… Cher Monsieur Bentolila, la parole est à vous !

Classement des verbes français

Pourquoi ajouter cette contribution à la masse d’études portant sur le verbe français et la conjugaison ?

Tant d’autres ont déjà prêché la bonne parole, en vain. Je lance tout de même ma bouteille à la mer, en espérant qu’un jour des pédagogues audacieux vaincront l’immobilisme des éditeurs de manuels scolaires.

C’est à ces pédagogues de bonne volonté que je veux adresser cette étude* qui pourra les aider à mettre en œuvre une méthode plus simple pour apprendre les conjugaisons.

Je propose de décrire la morphologie des verbes en s’appuyant sur la phonie plutôt que sur la graphie, et en prenant comme point de départ la conjugaison la plus simple, c’est-à-dire celle du présent de l’indicatif.

On constate en effet que certains verbes gardent la même forme (le même radical) à toutes les personnes du présent, tandis que d’autres présentent des variations de forme au cours de la conjugaison du présent…

Par exemple chanter garde la même forme phonique [šãt]** à toutes les personnes : je chante, tu chantes, il chante, ils chantent ; dans nous chantons et vous chantez, les segments [-õ] [-e] sont les désinences de ces personnes. Notons que les autres personnes ne comportent pas de désinence. Nous dirons que chanter est un verbe à radical unique.

Par convention, je désignerai les personnes de 1 à 6 : 1 pour je, 2 pour tu, 3 pour il, 4 pour nous, 5 pour vous et 6 pour ils.

Quand on considère la conjugaison des verbes au présent, on constate que la grande majorité ont un, 1, 2, ou 3 radicaux. Les verbes très irréguliers ont plus de trois radicaux : ils ne seront pas classés ici. Il s’agit des verbes être, avoir, aller, faire. Le nombre plus ou moins grand de radicaux est un signe objectif d’irrégularité.

1. Verbes à 1 radical de présent

Type chanter

Ce verbe garde la même forme [šãt] au cours de la conjugaison :

1 je chante [šãt]
2 tu chantes [šãt]
3 il chante [šãt]
4 nous chantons [šãt-õ]
5 vous chantez [šãt-e]
6 ils chantent [šãt]

2. Verbes à 2 radicaux de présent

Nous distinguons 2 sous-groupes suivant le type de variation :
1 2 3 6 / 4 5 : la forme du radical aux personnes 1 2 3 6 s’oppose à la forme du radical aux personnes 4 5.

1 2 3 / 4 5 6 : la forme du radical aux personnes 1 2 3 s’oppose à la forme du radical aux personnes 4 5 6.

1. Verbes à répartition 1 2 3 6 / 4 5

Type jeter : (alternance [ə / ɛ])
1 2 3 6 : [žɛt] je jette, tu jettes, il jette ou ils jettent [žɛt]
4 5 : [žət] nous jetons [žət-õ ], vous jetez [žət-e]

2. Verbes à répartition 1 2 3 / 4 5 6

Ces verbes opposent un radical court (aux personnes 1, 2, 3), à un radical long (aux personnes 4,5,6).

Le plus souvent, le radical court a une finale vocalique [-i, -ã, -õ, -a, -e, -u], et le radical long s’obtient en ajoutant une consonne [-s, -z, -v, -d, -t, -k, -l, -p] au radical court.

Quelques verbes ont un radical court à finale consonantique [-r]. Le radical long se forme en ajoutant une consonne [-m, -v, -d ou -t] au radical court.

On peut ranger les différents types soit d’après le timbre de la voyelle finale du radical court, soit d’après la nature de la consonne finale du radical long.

C’est cette dernière solution que j’ai choisie.

2.1. Verbes à radical court à finale vocalique.

1° type : finir [finis/finis] radical long à finale [-s]
2° type : médire [medi / mediz] radical long à finale [-z]
3° type : écrire [ekri / ekriv] radical long à finale [-v]
4° type : vendre [vã / vãd] radical long à finale [-d]

5° type : battre [ba / bat] radical long à finale [-t]

6° type : vaincre [vẽ / vẽk] radical long à finale [-k]
7° type : rompre [rõ / rõp] radical long à finale [-p]
8° type : moudre [mu / mul] radical long à finale [-l]

2.2. Verbes à radical court à finale consonantique en [-r] :

Le radical long se forme en ajoutant une consonne [-m, -v, -d ou -t] au radical court.
Type dormir : alternance [dɔr / dɔrm]
Appartiennent à ce type des verbes en -erdre (perdre), -ordre (mordre), et les verbes servir, partir.

2.3 Conclusion sur les verbes à répartition 1, 2, 3 / 4, 5, 6.

On s’aperçoit que ces verbes qui semblent très différents formellement présentent en fait une conjugaison analogue.

C’est pourquoi je propose de les ranger tous ensemble et d’y inclure les verbes du 2ème groupe de la grammaire traditionnelle (type finir).

Comme on l’a vu plus haut, les seules différences sont :

• Le timbre de la voyelle finale du radical court : [-i] pour finir, médire, écrire, [-ã] pour vendre, [-a] pour battre, [-e] pour mettre, [-ẽ] pour vaincre, [-u] pour moudre ;

• La nature de la consonne finale du radical long : [-s] pour finir, [-z] pour médire, [-v] pour écrire, [-d] pour vendre, [-t] pour battre, [-k] pour vaincre et [-l] pour moudre.

• Le radical court à finale consonantique pour le type dormir.

Le classement opéré par les linguistes s’avère supérieur à celui de la grammaire traditionnelle qui privilégiait le type finir, au point de créer un groupe spécial pour lui, alors qu’il n’est qu’un cas particulier d’un groupe plus vaste, celui des verbes à 2 radicaux opposant 1, 2, 3 à 4, 5, 6.

Si on adopte un classement fondé sur la forme phonique, tous ces verbes à répartition 1 2 3 / 4 5 6 présentent des régularités évidentes : ils doivent absolument être regroupés au lieu d’être dispersés dans ce 3ème groupe indifférencié de la grammaire traditionnelle.

3. Verbes à 3 radicaux

Ces verbes présentent tous la même répartition 1 2 3 / 4 5 / 6, c’est-à-dire qu’ils ont 3 radicaux différents, un pour les personnes 1 2 3, un autre pour les personnes 4 5 et un autre pour la personne 6.

Type 1 :   devoir    alternance   [dwa / dəv / dwav]

1, 2, 3 : [dwa] je dois, tu dois, il doit
4, 5 : [dəv] nous devons, vous devez
6 : [dwav] ils doivent

Type 2 :   boire    alternance   [bwa / byv / bwav]

Type 3 :   prendre    alternance   [prã / prən / prɛn]

Type 4 :   tenir    alternance   [tjẽ / tən / tjɛn]

Type 5   mouvoir    alternance   [mö / muv / moev]

Type 6   pouvoir    alternance   [pö / puv / poev]

Type 7   vouloir    alternance   [vö / vul / voel]


*Je résume dans cet article une étude plus détaillée que le lecteur intéressé peut consulter sur mon site http://linguistique-francaise-berbere.fr

**J’utilise le système de notation suivant :

voyelles orales [a, e, ɛ, ӧ, œ, i, o, ɔ, y, u] :

[e] comme dans ré, [ɛ] : raie, [ӧ] : peu, [œ] : peur, [o] : pot,[ɔ] : port, [y] : pur, [u] : pour

voyelles nasales [ã, ẽ, œ᷉, õ] :

[ã] comme dans an, [ẽ] : rein, [œ᷉] : un, [õ] : on semi-consonnes [w, j,  ɥ] : [w] comme dans oui, [j] : yoga, [ɥ] : huile

consonnes [b, d, f, g, k, l, m, n, ɲ, p, r, s, š, t, v, z, ž] : [g] comme dans gant, [ɲ] : gnole, [š] : chou, [ž] : jeu

 

Follow on Bloglovin



   

Vous avez aimé cet article ?

Devenez membre de la tribu et recevez la « newsletter du mercredi »*

*Vous pouvez vous désabonner à tout moment et de manière automatique en cliquant sur le lien prévu à cet effet qui se trouve en bas de CHAQUE message que vous recevez. CNIL N° 1533210

.