Le clavier informatique, qu’il soit réel ou virtuel, est-il indispensable, incontournable, indéboulonnable ? De moins en moins. Pour « taper du texte », il existe déjà une autre option, très répandue, et bizarrement assez peu connue. Elle consiste tout simplement à parler à la machine.

.

.

Voici un tour d’horizon de solutions possibles, que ce soit avec votre smartphone, votre tablette ou votre ordinateur, sous Android, IOS, Mac, Windows ou même en passant par le web. AUCUNE compétence technique n’est requise.

A chaque fois, j’ai droit à la même réaction. Mon interlocuteur me regarde avec des yeux ronds. Eclate de rire, parfois. Ce que je fais est pourtant incroyablement banal : je dicte du texte à mon smartphone, à ma tablette, à mon ordi et même à ma montre connectée.

Que ce soit pour envoyer ou répondre à un SMS, faire une recherche sur le web, programmer un minuteur ou ajouter un événement à mon agenda (quelques exemples au hasard), je préfère largement parler dans le micro plutôt que tapoter un écran.

Une possibilité peu utilisée

D’abord, parce que j’ai de gros doigts et que les claviers de smartphones sont généralement tout petits. Ensuite, parce que c’est beaucoup plus rapide !

Mais le plus étonnant, c’est lorsque je constate que finalement peu de gens utilisent cette possibilité, ou même simplement la connaissent.

Alors que c’est si simple !

Il suffit de repérer l’icône représentant un petit micro, au-dessous ou au-dessus du clavier du smartphone, de toucher cette icône et tout simplement de se mettre à parler…

Bon, cet article est terminé, vous avez peut-être appris quelque chose, au revoir.


Non, ne partez pas ! C’était pour rire ! Il ne fait que commencer !

Le plus intéressant est à venir.

Parce que répondre à un SMS c’est une chose, mais se passer totalement du clavier pour taper de longs textes, c’est autre chose, et c’est passionnant.

Parce que les choses sont en train de changer (encore ?) et que j’ai comme l’impression que, lentement mais sûrement, l’utilisation du clavier va décliner, décliner, jusqu’à devenir marginale, y compris sur les ordinateurs.

Pourquoi ?

Parce que la dictée vocale est de plus en plus intelligente (même s’il reste quelques mauvais élèves, comme nous allons le voir plus bas, et ce ne sont pas ceux que l’on croit).

Et parce que c’est très rapide.

Pour les besoins de cet article, je me suis livré à une expérience intéressante.

La grande dictée

J’ai choisi un texte assez long, comprenant certains mots assez inhabituels, des accords un peu délicats, et j’ai dicté ce texte :

  • A un iPhone.
  • A un smartphone Android.
  • A un Mac.
  • A un Mac, en utilisant un site web spécialisé, accessible à tous les systèmes.
  • A un PC, en utilisant la fonction « micro » de Word.
  • A un PC, en utilisant le logiciel spécialisé Dragon Home.

Et nous allons voir ensemble quels ont été les résultats.

Voici le texte que j’ai dicté. Il est tiré du livre « Mets-toi ça dans la tête », de Peter C. Brown, henry L. Roediger et Mark A. McDaniel.

C’est un ouvrage que j’ai promis de vous résumer et franchement, si j’ai tardé à le faire, c’est qu’il me manquait une solution pour me passer du clavier. J’ai trouvé cette solution, vous la découvrirez en fin d’article. Lire et prendre des notes, c’est long ; lire et prendre des notes en parlant, c’est nettement plus rapide et fluide.

.

Voici le « texte étalon » qui a servi pour le test.

.

Comme vous le constatez, ce texte n’est pas très facile.

Dans tous les cas, j’ai fait attention à bien articuler, voire même à exagérer les séparations entre certains mots pour que la bestiole l’outil informatique me comprenne le mieux possible.

Dictée à un iPhone

Voici les résultats de ma dictée à mon iPhone.

.

.

L’iPhone n’est pas un très bon élève.

Sa dictée est pleine de fautes.

Si je compte un point par faute, il se retrouve avec un zéro pointé.

Peut mieux faire, iPhone ! Il ne suffit pas d’être beau, sophistiqué et un peu prétentieux sur les bords, il faudrait voir à réviser sa conjugaison et les règles d’accords.

Il a néanmoins compris le mot « mnésique », mais il a oublié de le mettre au pluriel…

.

Petite précision qui a son importance :

Si vous êtes un peu perfectionniste, vous aurez tendance à conclure « ceci n’est pas pour moi : trop de fautes ».

Mais je vous garantis que pour lancer une recherche sur Internet ou répondre à un SMS, vous vous vous faciliterez largement la tâche en utilisant la dictée vocale, même si vous corrigez un ou deux mots après coup.

Dictée à Android

Passons maintenant à Android, en la personne d’un Samsung Note 8, qui utilise, comme les autres smartphones Android, la fonction de reconnaissance vocale de Google, épaulée par son intelligence artificielle.

Voici le résultat :

.

.

C’est nettement mieux !

Il y a moins de fautes, mais il n’a pas été fichu de comprendre que quand je lui dis « deux points », il faut écrire « : » et non pas « 2. ».

J’ai bien ri.

Et il est passé complètement à côté de « mnésiques ».

Mais franchement, ce n’est pas si mal.

Dictée à un iMac

Je précise « iMac » et non pas « Mac », en raison de l’éloignement relatif de la bouche par rapport au micro, différent pour un portable et pour une grosse machine de bureau.

Cet élément est important, et les smartphones sont favorisés, étant donné qu’on parle à 3 centimètres de l’appareil.

Avec un iMac, c’est différent, il y a 50 à 60 centimètres de distance.

J’ai donc fait deux tests : l’un en utilisant le micro interne du Mac, et ‘autre en branchant un micro externe et en le tenant près de ma bouche.

Ah, oui, si vous avez un Mac, pour utiliser la dictée vocale, il vous suffit d’appuyer deux dois sur la touche « fn » (en bas à gauche du clavier), un petit micro apparaît à l’écran, prêt à prendre note de ce que vous dites.

Voici le résultat :

.

.

Vous constatez qu’effectivement, quand on parle près du micro, c’est mieux.

Il obtient la moyenne, sans plus.

Par contre, avec le micro interne de l’ordinateur, il se retrouve avec un petit 1 sur 10. Ou même carrément avec un zéro, parce que j’ai oublié de lui compter la faute à « stabilise ».

Encore une fois, Apple, peut mieux faire !

Dictée au site web Speechnotes

Appelons-le un outsider : Speechnotes est un site web, gratuit, qui vous permet d’écrire « sans les mains ».

Donne-t-il de bons résultats ?

Voyons-voir…

.

.

Six fautes.

Et carrément des oublis ! « la mémoire de travail à court terme » : il oublie le mot « travail ». Idem avec la mémoire « à long » terme.

Mmmmouais. Bof. Passons.

Dictée à Word pour Windows

Ah, un détail rigolo pour les fidèles de ce blog qui connaissent mon goût pour les pommes: j’ai désormais un PC portable, un vrai, en plus de mon Mac. Ne riez pas, ne vous moquez pas, je vous raconterai peut-être comment il a fait pour arriver chez moi et pourquoi il est là. En attendant, il me permet de faire des tests très intéressants.

Word, le célèbre traitement de texte, a une fonction spécifique sous Windows. Et cette fonction, devinez… c’est la dictée vocale.

Pour l’activer, il suffit de cliquer sur le petit micro qui se trouve à droite de la barre d’accueil, en ayant pris soin au préalable de sélectionner « français » comme langue de référence.

Voici comment ce bon vieux Word s’en sort :

.

.

…Il oublie des majuscules, il en place là où il ne faut pas, il ne comprend pas « deux points », mais pour le reste, ce n’est pas si mal.

Notez que la dernière erreur (« n’en éprouve ») n’en est probablement pas une : c’est de ma faute. J’ai fait la liaison, alors que je ne l’avais pas faite dans les dictées aux autres appareils.

Il n'empêche, au bout du compte, si l’on met de côté le problème des majuscules et des deux points, notre Word récolte un 7 sur 10.

Elève studieux, continuez vos efforts. Encouragements.

Dictée à Dragon Home pour Windows

Ah, là, c’est intéressant.

Parce que Dragon Home est un logiciel spécialement prévu pour la dictée vocale.

Voyons vite comment il s’en sort :

.

.

Oh, que c’est bien un bon élève.

Il a certes fait une faute, mais elle ne porte pas à conséquence, parce qu’avec ce logiciel il est très facile de corriger un mot avec la voix.

« Dragon Home » est donc le vainqueur toutes catégories.

Attention, il est cher : 159 euros.

Mais il fait le job parfaitement.

(Pour Windows 10, il faut prendre la version 15).

La mort du clavier ?

Quelle est la conclusion de cette expérience ?

A mon avis, le clavier va réellement décliner dans les années qui viennent.

L’irruption de l’intelligence artificielle va changer la donne.

La dictée vocale va continuer de faire des progrès (allez, Apple, un effort !) et se fera de moins en moins piéger par la grammaire ou la conjugaison.

Parler à son ordinateur, à son téléphone, à sa montre va devenir banal.

Vous y viendrez, vous verrez, et vous aimerez.

Un petit bémol

Il y a néanmoins un petit bémol à apporter, une caractéristique qui est bien humaine et n’a rien à voir avec la technologie : lorsqu’on dicte, on doit avoir la phrase « dans la tête », on ne peut pas s’arrêter en plein milieu et dire « euh » en cherchant comment en tourner la fin.

Ce problème n’existe pas lorsqu’on frappe au clavier, parce qu’inconsciemment, on adapte le rythme de saisie à la vitesse de notre cerveau qui crée le texte.

La dictée de texte de type rédactionnel demande une gymnastique supplémentaire. A mon avis, on doit finir par s’y habituer. Je n’utilise Dragon Home que depuis quelques jours, et je suis de plus en plus à l’aise avec, pour écrire des courriers électroniques, par exemple.

Mais je suis encore trop novice pour m’attaquer à la rédaction d’un article comme celui que vous êtes en train de lire : je me suis planté devant mon clavier et j’ai commencé à tapoter, en me disant que bientôt, je me déshabituerai peut-être de ce geste familier…

Nous vivons une drôle d’époque, même si la dictée vocale, en particulier celle de Dragon, n’est pas quelque chose de nouveau, loin de là.

Mais elle va se généraliser rapidement.

Dans quelques années, vous repenserez à l’article que vous venez de lire…

 

 

Follow on Bloglovin