J‘ai devant moi une pile de gros bouquins qui parlent de sujets qui sont susceptibles de vous intéresser. Si vous voulez, je les lis et je vous fais des compte-rendus de lecture.

.

.

Mais il faut me dire lequel vous choisissez en premier !
Ils sont là, devant mes yeux, ils sont sept (comme les sept mercenaires ou les sept nains, au choix) et ils me font coucou.

En les voyant, une idée m’est venue : je pourrais les lire et ensuite vous en faire des genres de compte-rendus de lecture, afin que vous sachiez de quoi ils parlent. Si le sujet vous intéresse, peut-être voudrez-vous les lire à votre tour, ou bien peut-être que le résumé vous suffira.

Sympa, comme idée, non ?

Je vous les présente brièvement un à un. Les quatre premiers m’ont été prêtés par mon pote Julien, grand passionné de pédagogie et authentique blogueur masqué. Merci, Julien.

« Apprendre à lire »

Apprendre à lire, la querelle des méthodes

Geneviève Krick, Janine Reichstadt, Jean-Pierre Terrail

Gallimard

Argumentaire de l’éditeur : 

Le choix des méthodes d’apprentissage de la lecture a donné lieu à une polémique particulièrement confuse, dont ce livre entend clarifier les enjeux.

Par opposition à la vieille décomposition syllabique (le b.a.-ba), disqualifiée pour son caractère mécanique et ânonnant, on a cru trouver dans des techniques d’identification directe des mots et du sens les moyens d’une pédagogie plus respectueuse des intérêts de l’enfant et de sa spontanéité. Ce furent la méthode globale, puis le compromis des méthodes  » mixtes « .

Force est de constater que les résultats ne sont pas au rendez-vous. Les méthodes actuelles laissent trop d’enfants au bord du chemin, en particulier dans les milieux culturellement défavorisés. Or diverses études ont montré que l’appropriation systématique du code écrit permise par la syllabique rend l’entrée dans la lecture plus aisée pour tout le monde. Des conclusions corroborées par le travail clinique avec des jeunes en grande difficulté.

N’est-il pas temps, dès lors, de repartir du bon pied, en admettant avec les auteurs que  » la syllabique n’est ni de droite ni de gauche : elle est juste efficace  » ?


« Pourquoi les enfants n’aiment pas l’école ! »

Pourquoi les enfants n’aiment pas l’école

Daniel T. Willingham

La Librairie des Écoles

Argumentaire de l’éditeur : 

Pourquoi les enfants n’aiment pas l’école ?
La réponse d’un neuroscientifique à cette question qui hante les professeurs et les parents.

C’est la question qui hante le professeur quand il arrive en classe le lundi matin. Malgré tous ses efforts, malgré sa patience, malgré son amour de l’école et du savoir qu’il aimerait leur transmettre, pourquoi ses élèves ont-ils toujours l’air de s’ennuyer ?

Pourquoi ? Parce que nos méthodes d’enseignement ne sont pas adaptées au fonctionnement du cerveau et de la mémoire. Pour l’auteur, professeur de psychologie cognitive à l’Université de Virginie, nous pouvons aider les élèves à aimer l’école si nous comprenons comment fonctionne leur intelligence. Or la science cognitive a permis d’en apprendre plus sur le cerveau ces vingt-cinq dernières années que nous ne l’avions fait en 2500 ans.

L’auteur part de neuf questions que se posent les enseignants – en commençant par celle posée dans le titre – et dont les réponses sont directement applicables en classe. Comment adapter mes cours aux différents types d’élèves ? Comment aider les élèves les plus lents ? Vaut-il mieux enseigner des compétences ou des connaissances ?… Willingham démonte ainsi de nombreux préjugés : Oui, l’apprentissage par cœur, la répétition et la culture générale sont nécessaires, parce qu’elles permettent aux élèves de mieux comprendre les nouvelles connaissances. Non, les pédagogies actives ne sont pas efficaces pour apprendre, car elles ne permettent pas de prévoir à quoi les élèves vont réfléchir. Non, les différences entre les élèves ne rendent pas nécessaires des enseignements “différenciés” et la science actuelle n’est pas parvenue à démontrer qu’il existait différents types d’intelligence. Non, les enfants, ne peuvent pas réfléchir à la manière des scientifiques car ils n’ont pas suffisamment de connaissances… De manière toujours nuancée, mais avec une argumentation implacable et beaucoup d’humour, l’auteur fait le point sur les théories pédagogiques et les pratiques de classe qui ont démontré leur efficacité.


« Mets-toi ça dans la tête ! »

Mets-toi ça dans la tête !

Peter C. Brown, Henry L. Roediger, Mark A. McDaniel

Editions Marcus Haller

Argumentaire de l’éditeur :

La plupart du temps, nous ne savons pas apprendre.

Les stratégies d’apprentissage et les méthodes pédagogiques reposent trop souvent sur des idées fausses ou douteuses, sur des slogans à la mode ou sur des intuitions simplistes.

Ce n’est pas une fatalité. Les sciences cognitives ont élaboré une véritable boîte à outils qui permet à l’étudiant comme à l’enseignant de mieux maîtriser le processus d’apprentissage.

Ce livre donne un aperçu très clair de la recherche et des conséquences pratiques qui en découlent pour la réussite de l’apprentissage.


« Why knowledge matters »

Why knowledge matters

E.D.Hirsch, jr

Harvard Education Press

Ce livre a plusieurs particularités intéressantes :

  • Il est en anglais
  • Il parle des réformes de l’éducation en France
  • Il est unanimement reconnu comme « important »

D’après ce que j’ai compris (mais je ne l’ai pas encore lu), il établit le rôle primordial des connaissances « knowledge » , qui ont tendance à être mises de côté au bénéfice des compétences.


« L’éducation réinventée »

L’éducation réinventée

Salman Khan

JC Lattès

Argumentaire de l’éditeur :

Salman Khan est en train de provoquer une véritable révolution dans le monde de l’enseignement.

Inaugurée aux Etats-Unis, avec aujourd’hui plus de six millions d’étudiants par mois (une croissance de plus de 400% par an), des vidéos visionnées plus de 140 millions de fois et un demi-milliard d’exercices effectués grâce à notre logiciel, la Kahn Academy se propage à une vitesse prodigieuse au Brésil, au Mexique, en Afrique…

(…)

A l’ère du numérique, il est enfin possible de remettre en question des techniques d’enseignement mises en place en Prusse au XIXe siècle qui n’ont pas évolué depuis.

De la simplification de fraction au calcul différentiel, de la chute de Rome à la révolution française, couvrant quasiment toutes les matières, Salman Khan a réalisé près de 4000 vidéos, accessibles gratuitement sur YouTube, de dix-huit minutes chacune – le temps optimal de concentration d’un jeune élève.

Le principe est le suivant : chez lui, l’élève se repasse aussi souvent qu’il en a besoin la vidéo de son cours, et à l’école, le maître travaille les exercices et contrôle les connaissances. Le professeur est libéré des cours magistraux formatés pour permettre une réelle interaction au sein de la classe.

Ce renversement total du système a déjà donné de formidables résultats dans les écoles qui le pratiquent. Contrairement aux craintes, la technologie peut humaniser les classes, valoriser les enseignants… et même améliorer leur rémunération !
Voici un manifeste pour un enseignement profondément réinventé.


« L’esprit absorbant de l’enfant »

L’esprit absorbant de l’enfant

Maria Montessori

Editions Desclée de Brouwer

Argumentaire de l’éditeur :

 » Le monde de l’éducation est une espèce d’île où les individus, déracinés du monde, se préparent à la vie en y restant étrangers.  »

Cette critique, radicale, que Maria Montessori adressait à l’école, l’a conduite à penser et à expérimenter une autre pédagogie.

L’esprit absorbant de l’enfant est le dernier ouvrage écrit par Montessori.

Elle le présente comme  » un chaînon dans le développement de notre pensée et de notre œuvre pour la défense des forces de l’enfance…  »


« Pédagogie scientifique »

Pédagogie scientifique – Tome 1 : La maison des enfants

Maria Montessori

Editions Desclée de Brouwer

Argumentaire de l’éditeur :

 » N’élevons pas nos enfants pour le monde d’aujourd’hui. Ce monde n’existera plus lorsqu’ils seront grands. Et rien ne nous permet de savoir quel monde sera le leur : alors, apprenons-leur à s’adapter.  »

Près d’un siècle plus tard, comment ne pas souscrire à cette réflexion de Maria Montessori (1870-1952), pionnière de la pédagogie moderne ?

Alors que nos sociétés connaissent des changements permanents, alors que les modèles d’autorité évoluent, l’exigence éducative apparaît plus que jamais comme une préoccupation majeure.

Dans ce premier volume de la Pédagogie scientifique, publié pour la première fois en 1926, Maria Montessori évoque en particulier l’expérience fondatrice de la  » Maison des enfants « , une pré-école établie en 1907 dans un quartier populaire de Rome.

Elle y développe les grandes intuitions d’une pédagogie où la  » préparation du milieu  » est la clef d’une éducation, d’une culture réelle de la personne humaine depuis la naissance.

Un petit sondage ?

Mise à jour du 24 août 2017 :

Je me suis dit qu’il serait sympa de vous faire participer, et qu’il serait pratique de faire un vote où les résultats se calculeraient tout seuls.

J’ai mis en place un petit sondage grâce à l’outil fourni par le  site « Drag’n Survey« .

Il y a une version payante et une version gratuite, la version gratuite était limitée à 200 votes, ce qui était largement suffisant, comme vous allez le constater.

Voici les résultats : (Cliquez sur l’image pour l’agrandir) :

.

 

.

Vainqueur : « Pourquoi les enfants n’aiment pas l’école ! » (87 voix)

Deuxièmes ex-aequo : « Mets-toi ça dans la tête ! », « L’éducation réinventée » et « L’esprit absorbant de l’enfant » (25 voix chacun). Là, j’ai un souci, je vais devoir lire trois livres en même temps pour vous faire les comptes-rendus 🙂

Viennent ensuite : « Why knowledge matters » (20 voix), « Pédagogie scientifique » (12 voix) et « Apprendre à lire » (8 voix).

Voilà… Je vais enfin découvrir après toutes ces années pourquoi les enfants n’aiment pas l’école, même si j’ai ma petite idée sur la question…

Rendez-vous dans un temps indéterminé pour le compte-rendu !

En attendant, je vous livre un secret : le blog ne va pas chômer en septembre, les anciens ici-présents auront déjà compris pourquoi ! (Je vous donne un indice : couleur mauve).

 

Follow on Bloglovin



   

Vous avez aimé cet article ?

Devenez membre de la tribu et recevez la « newsletter du mercredi »*

*Vous pouvez vous désabonner à tout moment et de manière automatique en cliquant sur le lien prévu à cet effet qui se trouve en bas de CHAQUE message que vous recevez. CNIL N° 1533210

.