On peut prendre la vie comme elle vient, on peut également lui donner un sens, les deux n’étant d’ailleurs pas incompatibles. Je vous propose aujourd’hui de partir à la rencontre de la philosophie de vie d’une personne particulièrement inspirée : Léo Babauta

Je vous présente le texte d’aujourd’hui parce qu’il parle d’éducation, d’apprentissages, d’école, de maîtres, de la bonne manière d’apprendre selon son auteur.

.
Léo Babauta

Image : Léo Babauta

.

Et vous allez vous rendre compte que ce n’est pas du tout ce que vous imaginiez…

Je vous ai déjà parlé plusieurs fois de Léo Babauta (récemment encore, une petite discussion à son sujet s’est engagée en commentaires d’article).

Qui est-il ? Une personne comme vous et moi. Il est originaire de Guam, dans le pacifique et vit depuis quelques années à San Francisco.

Néanmoins, Léo a deux particularités : il a au fil des années développé une philosophie de vie qui lui a fait faire de grands progrès personnels et qu’il expose sur son blog.
Deuxième particularité : son blog connaît un succès immense. Time Magazine l’a même classé premier dans sa liste des 25 meilleurs blogs pour 2010 !

Et pourtant, ce blog ne contient pas de photos, pas d’illustrations, ni de commentaires de lecteurs.

Il est tout simple, tout blanc, minimaliste, tout comme la pensée de Léo.

Depuis plusieurs années, de temps en temps, je vais y faire un tour. Et à chaque fois, j’en ressors à la fois tout tranquille et plein d’énergie.

Un petit hâvre de sagesse et de tranquillité

Son approche « zen », alliée à la grande qualité de son écriture, font de « zenhabits.net » un endroit à part, un petit hâvre de sagesse et de tranquillité au milieu de tout le bruit du web.

Hier, en lisant son dernier article, je l’ai trouvé, comme d’habitude, excellent.

Et j’ai eu envie de le traduire pour vous (parce que le blog est en anglais) et de vous le présenter, tout simplement (Léo autorise cela).

Et là, je me suis trouvé face à un problème, que connaissent bien les traducteurs professionnels : ce n’est pas facile. Une traduction littérale, mot à mot, ne ressemble strictement à rien dans le cas d’un auteur qui possède une forte personnalité.

Voici donc ma « tentative », en espérant que vous saurez en capter l’essence.

Léo fait une lettre à ses propres enfants ( il en a six, dont certains sont grands).

Cette lettre, outre la qualité de ce qui est exposé, présente la « philosophie de l’apprentissage » de son auteur.

Je dois aussi vous dire qu’il n’envoie pas ses enfants à l’école, mais qu’ils sont eux-mêmes leur propre maître (J’ai bien dit « eux-mêmes » et non pas « lui-même »).

C’est l’approche « unschool » dont nous reparlerons une autre fois, parce que sinon le présent article se transformerait en gros livre.

 

Je ne vais pas vous poser de question précise pour que vous vous exprimiez dans les commentaires.

Je vous laisse simplement réagir à votre manière.

 

Et maintenant… « Enjoy » ! (…Ou pas, d’ailleurs)

Rappel : Léo écrit une lettre à ses propres enfants…

Leo Babauta :  » Conseils pour mes enfants  »

(…)Vous êtes suffisamment bons dans ce que vous faites. La plupart des gens ont peur d’agir parce qu’ils pensent qu’ils ne sont pas suffisamment compétents. Ils ont peur d’échouer. Mais vous êtes largement assez bons. Comprenez-le et vous n’aurez pas peur de la nouveauté, vous n’aurez pas peur de l’échec, vous n’aurez pas besoin de l’approbation des autres : vous serez pré-approuvés par vous-mêmes.

Tout ce dont vous avez besoin pour être heureux se trouve en vous.

La plupart des gens cherchent le bonheur dans la nourriture, dans les drogues, dans l’alcool, dans le shopping, dans la fête, dans le sexe, parce qu’ils cherchent le bonheur à l’extérieur d’eux-mêmes.

Ils ne réalisent pas que les outils pour le bonheur sont à l’intérieur de nous-même : la conscience, la gratitude, la compassion, la prévenance, la capacité de créer et d’accomplir des actions significatives, même à un petit niveau…

Vous pourrez démarrer votre propre entreprise.

Lorsque j’étais jeune, je pensais que j’avais besoin d’aller au lycée et qu’ensuite mon destin serait d’être un employé toute ma vie, qu’avoir sa propre entreprise était uniquement destiné aux gens riches. Je me trompais. Il est possible pour à peu près n’importe qui de démarrer sa propre affaire et même si dans les premiers temps vous ferez des erreurs, vous allez apprendre rapidement. C’est une éducation bien meilleure que celle du lycée.

Tout ce que j’ai appris d’utile dans la vie, je ne l’ai pas appris à l’école, je l’ai appris en agissant.

Ceci dit j’ai eu des professeurs prestigieux. De ceux qu’on trouve partout, et pas toujours dans les écoles : un ami, que j’ai rencontré au travail. Mes confrères sur Internet. Mes parents, frères et sœurs, grands-parents, oncles et tantes. Ma femme. Mes enfants. L’échec. Les professeurs sont partout si vous êtes décidés à apprendre.

Dépensez moins que ce que vous gagnez.

30 % de moins si vous pouvez y arriver. La plupart des gens qui trouvent un travail commencent immédiatement à dépenser leur salaire dans des traites pour acheter une voiture, dans un loyer élevé, dans un gros crédit immobilier, pour posséder des choses, aller au restaurant, payer par carte de crédit…

Rien de tout cela n’est nécessaire.

Ne dépensez pas si vous n’avez pas. Apprenez à vivre sans, et soyez heureux avec moins.

Mettez de côté une partie de vos revenus. Cette épargne va grossir grâce aux intérêts accumulés. Votre propre futur vous remerciera.

Apprenez à aimer la nourriture saine.

Eduquez vos papilles lentement et graduellement. Apprenez à faire la cuisine vous-même. Essayez des recettes saines et délicieuses.

Apprenez la compassion.

Nous démarrons dans la vie avec une perspective très égoïste : nous voulons ce que nous voulons, un point c’est tout.

La compassion consiste à réaliser que nous ne sommes pas plus important que les autres et que nous nous sommes pas le centre de l’univers. Vous trouvez quelqu’un pénible ? Sortez un peu de votre coquille et essayez de comprendre de quoi sa vie est faite. Comment pouvez-vous l’aider à être moins en colère, moins dans la douleur ?

N’arrêtez jamais d’apprendre. Si vous apprenez quelque chose juste un petit peu chaque jour, progressivement ce quelque chose va grossir immensément.

Prenez du plaisir à être physiquement actif. Oh c’est sûr on s’amuse bien sur Internet et en mangeant des bonbons et autres cochonneries et en regardant la télé et en se passant des films et en jouant aux jeux vidéo…

Mais sortir, jouer avec les amis, taper dans un ballon, nager, escalader un rocher, démarrer une petite compétition, c’est encore bien plus amusant. Et cela permet d’avoir une vie saine, un cœur en bonne santé, d’être plus focalisé et d’avoir un esprit énergisé.

N’ayez pas peur du manque de confort.

Chercher à tout prix le confort est quelque chose de très répandu, mais c’est une grosse erreur. Apprenez à vous sentir bien même avec un peu d’inconfort vous verrez : ça va changer votre vie.

Les choses qui vous ennuient n’ont aucune importance.

Envisagez-les sous une perspective plus large : est-ce que tout ceci sera important dans cinq ans ? la plupart du temps la réponse est non. Si la réponse est oui, alors occupez-vous-en.

Savourez la vie.

Pas simplement les plaisirs habituels, mais tout, et chacun. L’étranger que vous croisez dans le bus. Le soleil qui caresse votre visage lorsque vous marchez.
La tranquillité du matin. Le temps passé avec une personne aimée. Le temps. Votre respiration quand vous méditez. Méditez.

N’ayez pas peur de faire des erreurs.

Les erreurs comptent parmi nos meilleurs professeurs. Apprenez à accepter les erreurs et apprenez à apprendre d’elles. Apprenez également à les ignorer pour qu’elles ne viennent pas affecter la profonde confiance que vous avez en vous.

Vous n’avez besoin de personne d’autre que vous-même pour vous rendre heureux ou pour vous « valider ».

Vous n’avez pas besoin qu’un patron vous dise que vous êtes bon dans ce que vous faites. Vous n’avez pas besoin qu’un(e) petite ami(e) vous fasse comprendre que les autres peuvent vous aimer. Vous n’avez pas besoin de l’approbation de vos amis. Si vous avez des gens qui vous aiment et des amis dans votre vie c’est merveilleux, mais sachez d’abord qui vous êtes vraiment.

Apprenez à être bons lorsque des changements se produisent.

Le changement est une constante dans la vie. Si vous essayez de retenir les choses, vous allez souffrir. Apprenez à lâcher prise (la méditation vous y aidera), et apprenez à avoir l’esprit flexible. Ne restez pas coincés dans ce qui vous est confortable, ne refusez pas ce qui vous est inconfortable.

Ouvrez votre cœur.

La vie est étonnante si vous lui ouvrez la porte. L’autre est étonnant. Ouvrez votre cœur, soyez prêts pour ce qui va venir avec un cœur ouvert et vous allez faire l’expérience de ce qu’il y a de mieux dans la vie.

Laissez l’amour être votre règle.

Le succès, l’égoïsme, la rigidité ne sont pas des bonnes règles de vie. Aimez votre famille, vos amis, les gens qui travaillent avec vous, les étrangers, vos frères humains.

Aimez ces animaux que notre société traite comme de la nourriture et des objets.

Et plus que tout aimez-vous vous-même. Et sachez toujours ceci : je vous aime avec chaque particule de mon être.


Vous avez aimé ce texte ? Sachez que tous les articles de Léo sont de la même veine…

 

Léo Babauta a un autre blog : mnmlist.com

Léo est également écrivain. Un de ses ouvrages est traduit en français : L’art d’aller à l’essentiel. Le titre anglais est « The power of Less ». Ou comment mettre la philosophie minimalisme en pratique au quotidien… Je ne l’ai pas lu, mais « c’est du Léo », donc c’est forcément bon, à condition que la traduction soit bien faite.

 

Follow on Bloglovin



   

Vous avez aimé cet article ?

Devenez membre de la tribu et recevez la « newsletter du mercredi »*

*Vous pouvez vous désabonner à tout moment et de manière automatique en cliquant sur le lien prévu à cet effet qui se trouve en bas de CHAQUE message que vous recevez. CNIL N° 1533210

.