Ecrire à la main sur une tablette, voilà qui peut paraître paradoxal. Et pourtant, c’est un retour aux sources : l’appareil électronique s’efface, les sensations primitives reviennent. Les avantages de l’informatique sont utilisés, et ses inconvénients disparaissent. Etonnant.

De nos jours, la tendance est à la « virtualisation » : musique, livres, tout y passe…

.

Ecrire avec iPad

.

…Tout y passe, même les ordinateurs eux-mêmes qui sont en train de s’évaporer !

Je voudrais tout de suite vous rassurer : cet article n’est pas réservé aux amateurs de gadgets électroniques friands de nouvelles technologies.

C’est juste une petite réflexion sur l’adaptation d’une machine à un être humain, qui comporte également un petit côté « organisation à la Tilékol ».

Préhistoire, histoire

Au départ, il y avait l’homme des cavernes qui a un jour utilisé sa main pour laisser une trace visuelle sur une paroi de pierre.

.
Lascaux ©Prof saxx / Wikipedia Commons

Lascaux
©Prof saxx / Wikipedia Commons

.

Entre parenthèses, lorsque je vois les peintures rupestres de Lascaux, par exemple, je me dis deux choses :

  • L’homme préhistorique était un humain moderne comme vous et moi, sauf qu’il n’avait pas de connexion Internet.
  • Lorsque je vois la puissance et la personnalité des dessins, je me dis que nous avons affaire à UN artiste, et non pas à « des hommes dessinant dans des grottes ». Un sacré artiste, j’aurais bien aimé au moins connaître son nom à défaut d’observer sa photo…

Puis, il y a eu l’invention de l’écriture, qui s’est faite avec la main, prolongement naturel du cerveau.

.
Enluminure

Enluminure
©Hipocras / Wikipedia Commons

.

C’est est un acte fascinant, qui va bien au-delà d’une simple trace écrite. C’est un engagement de l’esprit et du corps, dans son exercice de « motricité fine », et qui transforme une pensée en élément concret, palpable, partageable.

Un beau jour, des humains se sont mis à « écrire » avec des machines.

.
corona

Le summum de la technologie
©Coyau / Wikimedia Commons

.

A grands renforts de ressorts, de pièces d’acier en mouvement et de rubans-encreurs, les cervelles ont pu transférer des idées sur le papier au moyen de caractères normalisés, plus facilement partageables (depuis Gutenberg*, d’ailleurs). Notons néanmoins que nombre de grands écrivains continuent à écrire leurs « manuscrits » (nom explicite)… à la main.

Puis, l’informatique est arrivée, les machines à écrire sont devenues ordinateurs, utilisant des « traitements de textes » et des claviers comme interface entre la pensée et la feuille de papier.

.
Le PC des familles ©Penarc / Wikipedia Commons

Le PC des familles
©Penarc / Wikipedia Commons

.

Dernière étape chronologique en cours, les « tablettes » ont vu le jour, qui ne sont finalement qu’une étape supplémentaire de virtualisation de notre environnement. L’ordinateur est devenu minuscule, plat, et on communique avec lui par le toucher, au moyen de « gestes tactiles ».

.
Ceci est une révolution © Matt Buchanan / Wikipedia Commons

Ceci est une révolution
© Matt Buchanan / Wikipedia Commons

.

Avec la tablette, les doigts sont remis à l’honneur. Les mêmes doigts qui laissaient des traces de boue ou de charbon sur les parois des grottes ont laissé des traces sur les vitres des iPads, et le « dessin au doigt » a connu un come-back émouvant.

Quant à l’écriture, au tout début, elle a simplement « singé la machine » : un clavier virtuel a remplacé le clavier réel. En ce qui me concerne, j’ai toujours trouvé ce clavier très pratique, jusqu’au jour…

…Jusqu’au jour où j’ai changé de téléphone.

Je me suis acheté un  » Samsung Galaxy Note 2  » (soyons précis), qui a la caractéristique suivante : un petit stylet qu’on peut détacher du corps de l’appareil, et avec lequel on peut écrire, comme s’il s’agissait d’un calepin.

Et là, ça a été un genre de révélation. Je me suis rendu compte que le « geste d’écriture » était ancré profondément dans mon subconscient d’humain, et je me suis mis à utiliser avec plaisir mon téléphone comme s’il s’agissait d’un calepin.

Malheureusement, malgré cette qualité indéniable, je trouvais quelques défauts rédhibitoires à cet appareil (que je ne vais pas énumérer ici). Au bout de trois mois, je répondais à une annonce du Bon Coin et je l’échangeais sans regret contre un iPhone. Sans regret, et sans stylet.

Mais j’avais goûté à l’écriture  » manuelle électronique « , et j’étais décidé à explorer cette possibilité, mais ce coup-ci sur tablette.

Le cahier universel ?

Mon objectif : avoir le  » cahier universel « , sur lequel j’écrirais à la main, sur des pages dont je pourrais modifier la présentation. Ce cahier serait sauvegardable et synchronisable, de manière à être accessible sur mon ordinateur sans faire de manipulations complexes.

Certes, il y avait bien la nouvelle  » galaxy note 8 « , toujours de Samsung, qui me faisait de l’oeil (et qui continue à m’en faire). Mais mon expérience mi-figue-mi-raisin avec le smartphone Android m’incitait à aller voir plutôt du côté de la marque qui m’accompagne depuis toujours : Apple.

Ce n’était pas gagné, parce que j’avais en tête l’obstination de Steve Jobs à trouver stupide l’idée d’un stylet (les génies ont parfois des idées bien tranchées). J’avais également en tête l’énorme campagne de publicité faite par Samsung et ventant les mérites de ses tablettes à stylet incorporé.

J’ai donc cherché du côté d’Apple, et ce que j’ai trouvé m’a enthousiasmé et donc je le partage avec vous, sachant qu’on peut probablement faire la même chose avec des tablettes Android sans stylet intégré.

Voila. Les stylets pour iPad existent depuis longtemps, et ils ont comme caractéristiques d’avoir une pointe qui a la forme d’une grosse boule. Pour imiter le doigt, parce que l’iPad est au départ fait pour être utilisé avec des doigts. Il faut donc une « grosse » surface de contact avec la vitre, je crois que le diamètre minimum doit être de 6 millimètres.

.
Une grosse boule ronde

Une grosse boule ronde

.

Bien évidemment, écrire directement avec un tel dispositif n’est pas vraiment pratique, et surtout l’écriture produite n’est pas belle, lorsqu’on veut créer du texte qui aurait la même hauteur de lettres que dans un cahier.

Sauf que les développeurs d’applications ont eu une idée géniale : proposer une « fenêtre d’écriture », dans laquelle on écrit « gros », le texte étant automatiquement retranscrit en « petit » sur la feuille.

.
En bas, la zone de saisie, en haut, la page d'écriture

En bas, la zone de saisie, en haut, la page d’écriture

.

Non seulement ça marche bien, mais de plus, dans bien des cas, l’écriture produite est souvent plus belle que celle écrite avec un stylo (et différente), cela étant dû au fait qu’on écrit « gros », en accentuant les détails, et que le texte est automatiquement « retréci ».

Et le « rapport » à l’écriture manuscrite est bien différent de celui du clavier. On peut noter, griffonner, effacer, raturer, écrire gros, petit, bref notre « cerveau droit », visuel, coloré, créatif est probablement mis à contribution. Pour ceux qui y sont sensibles, ça change tout.

Et donc, voilà mon iPad Mini qui a pris une dimension nouvelle. C’est mon cahier universel.

Les avantages sont nombreux :

  • Moins de bouts de papiers qui traînent et qu’on ne retrouve pas…
  • Plus de carnets qu’on commence et qu’on oublie, voire qu’on perd…
  • Moins de paperasses à gérer…

Mais ce n’est pas tout ! Il y a une cerise sur le gâteau.

La cerise sur le gâteau

Mes notes « manuscrites » sont sauvegardées automatiquement en ligne.
Je les retrouve sur Evernote, vous savez, ce système génial dont je vous ai déjà parlé.

Et la cerise : Je peux faire une recherche par mots-clés ! Je tape un mot, Evernote me retrouve la note MANUSCRITE qui contient ce mot et me l’offre sur un plateau !

.
Evernote effectue des recherches dans les documents manuscrits !

Evernote effectue des recherches dans les documents manuscrits !

.

…Elle est pas belle, la vie ?

J’utilise trois applications sur iPad pour mes notes manuscrites. Chacune a ses caractéristiques intéressantes. Je vous les présente dans le prochain article.

 

*Eh oui, « Gutenberg » ne prend pas de « m » avant le « b »…

Follow on Bloglovin



   

Vous avez aimé cet article ?

Devenez membre de la tribu et recevez la « newsletter du mercredi »*

*Vous pouvez vous désabonner à tout moment et de manière automatique en cliquant sur le lien prévu à cet effet qui se trouve en bas de CHAQUE message que vous recevez. CNIL N° 1533210

.