Consacrer un article complet aux armoires qu'on trouve dans les salles de classe peut paraître incongru. Et pourtant, il y a tant à en dire ! Allez, on reprend les bases des bases, on respire un bon coup et on plonge dedans la tête la première !

.

.

En fin d'article, vous serez sollicités, vous voilà prévenus. Préparez-vous à prendre deux photos, pas plus…

Bon, par où commencer ?

Peut-être en rappelant que cet article entre dans la série “On reprend de zéro”, d'où le bizarre acronyme ORDZ au-dessus de l'illustration en tête d'article.

Reprenons donc de zéro à propos des armoires.

Et commençons par deux petites histoires :

Histoire N°1 :

Demandez à n'importe quel remplaçant : quand il débarque dans une classe, et que par chance l'armoire n'est pas fermée à clé (ce qui est encore un autre problème que je ne vais pas traiter ici), il se rend compte, pour un important pourcentage, que sur les étagères, c'est la PANIQUE. Tout est entassé, en vrac, comme poussé à grands coups de pieds, dans un équilibre instable, à tel point qu'ils ont parfois peur de prendre un crayon de peur de voir tout le contenu de l'armoire s'effondrer sur leur tête.

Oui, je sais, je sais, j'exagère, mais c'est bon de rire en imaginant la scène.

Les inspecteurs pourraient faire la même remarque, en fronçant le sourcil, ce qui serait nettement moins rigolo, avouez…

Histoire N°2 :

Dans la commune où j'ai enseigné pendant des siècles décennies, la ville du Port, à la Réunion, chaque classe avait droit à une généreuse dotation annuelle, un montant qui nous était attribué et qui nous permettait de commander du matériel pédagogique, qui nous était livré à chaque rentrée des classes.

Sympa.

Mais…

Etant donné que CHAQUE ANNÉE nous recevions du matériel nouveau, il allait rejoindre l'ancien. Dans les armoires et les placards des classes. Ces armoires et placards n'étant pas extensibles, les boîtes étaient entassées les unes sur les autres (et même parfois dans les autres, le couvercle de la boîte du dessous s'effondrant sous la charge). Résultat : des trésors dormaient, tels les joyaux entassés dans la caverne d'Ali-Baba, et bien souvent les enseignants ne savaient pas exactement quels outils étaient à leur disposition, et quand ils le savaient, ils ne savaient pas toujours s'en servir (oui oui, je le sais, j'en faisais partie).

Dommage…

Vous aurez constaté que deux problématiques distinctes viennent de se dessiner dans votre armoire. On pourrait les résumer par l'expression “objectif zen”.

Armoire rangée, esprit apaisé

Croyez-moi, quand votre environnement est clair, pas encombré, votre esprit est clair, pas encombré.

.

.

Le vôtre et aussi celui de vos élèves.

Commencez donc par ranger votre armoire, faites des petites sessions de 5 minutes, on fait plein de choses en 5 minutes.

Allez-y étagère par étagère.

Commencez par mettre de côté les boîtes, jeux, puzzles incomplets. Ne les jetez pas immédiatement, parce que vous retrouverez peut-être (souvent) les éléments manquants en continuant votre rangement.

Ensuite, organisez les éléments par catégories : jeux, puzzles, crayons de couleur, stylos, etc…

Puis JETEZ IMPITOYABLEMENT les objets obsolètes ou incomplets (après vérification).

Oui, JETEZ. N'ayez pas peur. De toutes manières, vous ne vous en servirez plus jamais, de ces trucs dépareillés…

Exception : les crayons de couleurs. Ceux qui ont été taillés et retaillés, dont il ne reste plus qu'un petit bout de rien du tout, et dont vous ne vous servez plus parce qu'ils ont été remplacés : donnez-les à vos élèves ! Ils seront enchantés, émerveillés.

Ah, ouf, ça va mieux.

Le plaisir que vous ressentez en contemplant cette armoire… Ça va vous donner l'envie de continuer de ranger votre classe. ne vous en privez pas ! Vous pourrez même continuer chez vous, une fois qu'on a démarré, on ne peut plus s'arrêter.

Faites la remarque à vos élèves que vous avez rangé votre armoire : ils partageront votre satisfaction et auront envie à leur tour d'avoir un environnement net.

Matériel partagé, équipe enchantée

Mais ce n'est pas tout, ne nous arrêtons pas là.

Voici une expérience que nous avions faite dans notre école et qui fonctionnait très bien.

Elle demande deux choses : une petite place dans un endroit collectif (salle vide, salle des maîtres, salle du photocopieur, salle de motricité, etc…) et un peu de temps pour la mise en place (les 108 heures devraient pouvoir être mises à contribution).

Cela consiste à sortir une armoire d'une classe (ou plusieurs armoires de plusieurs classes) et à y PARTAGER avec les collègues certaines catégories de matériel pédagogique.

C'est un peu comme le co-voiturage : au lieu de se servir d'un jeu deux fois par an, si chacun l'utilise, il va se mettre à vivre et sera bien plus utile.

Cela demande trois minuscules efforts :

    Ranger le matériel par catégories (les puzzles avec les puzzles, les jeux de nombres avec les jeux de nombres etc…) Ranger chaque catégorie par niveau (pour les puzzles : mettre les “faciles” avec les “faciles”, les intermédiaires avec les intermédiaires, etc…) Respecter le matériel, le remettre à sa place après utilisation, en vérifiant qu'il est complet.

D'une part vous allez désencombrer vos classes, et d'autre part vous allez avoir accès à bien plus de matériel : double avantage…

Je lance un petit appel :

Si vous vous sentez concerné(e) par la problématique des armoires… Hum… Si votre propre armoire est en panique totale, je vous propose ceci :

-Prenez-la en photo dans l'état où elle se trouve (après tout, ne culpabilisez pas, il est probable que le responsable ce cet enchevêtrement ne soit pas une personne précise, mais une succession d'enseignants qui ont chacun ajouté leur petite pierre à l'édifice vacillant).

-Rangez-la et reprenez une photo…

Envoyez-moi les photos, je les publierai ici et nous pourrons tous ensemble partager un petit moment “zen”, ce qui fait du bien.

Tous vos témoignages sur la question sont les bienvenus, l'espace réservé aux commentaires vous attend !