Je voudrais vous parler d’un problème qui touche notre civilisation de manière aigüe.

Le rapport avec Tilekol ? Il existe, il est évident, vous le découvrirez un peu plus loin.

Ce problème est celui-ci: la simplicité n’a plus la côte.

Je ne vais pas vous faire le coup du « c’était mieux avant ».
Je voudrais simplement que nous réfléchissions ensemble à la société dans laquelle nous vivons.
Elle est caractérisée par trois choses: la surabondance, l’obsolescence et le zapping.

-La surabondance: il suffit d’ouvrir les yeux pour se rendre compte de la l’extraordinaire accroissement perpetuel du nombre d’objets manufacturés, de services et de « consommables » qui sont mis à la disposition des individus. Je ne vais pas en dresser ici la liste, chacun peut s’en faire une petite énumération dans sa tête. Le plus extraordinaire, c’est que cette situation enfle chaque jour.

-L’obsolescence: Nous changeons de téléphone portable tous les ans, d’ordinateur tous les deux ans, de micro-ondes tous les trois ans, de lave-linge tous les quatre ans. Pourquoi ? Parce qu’ils tombent en panne et ne peuvent plus être réparés ? Oui, c’est valable pour les micro-ondes. Mais pas forcément pour les téléphones portables ou les ordinateurs. Ceux-ci sont obsolètes. Ils sont dépassés. Et ce n’est pas un simple argument de marketing: les ordinateurs d’il y a trois ou quatre ans ont réellement du mal à fonctionner avec l’état actuel de l’informatique, ne serais-ce que par la nécessité d’avoir des capacités de stockage bien plus importants aujourd’hui. Et ne parlons pas des logiciels de plus en plus consommateurs de ressources.

-Le zapping: La société nous l’impose presque. Nous sommes bombardés d’informations, de produits, de décisions à prendre. On nous demande d’être « multi-tâches ». Mais le multi-tâche n’est concevable que pour ceux qui sont multi-cerveaux. Pour les autres (et je suppose que nous en faisons tous partie), être multi-tâche consiste à zapper, à ne pas approfondir, à oublier, à passer à autre chose.

Le résultat ? Une efficacité qui s’écroule !
Et lorsque l’efficacité s’écroule, quel est le remède proposé ? Essayer de faire encore et toujours plus, pour avoir l’illusion de contrôler ce qui nous fuit en réalité entre les mains.

…STOP !

Pour gagner en efficacité, il faut SUPPRIMER des options, des objets, des gadgets. Et également supprimer des informations.

Je répète: « et également supprimer des informations ».

Venons-en maintenant à Tilekol:
Depuis le lancement, il y a une dizaine de jours, je suis étonné et comblé.
Etonné et comblé par le nombre de téléchargements (ça y est, nous avons dépassé les 600), étonné et comblé par vos commentaires enthousiastes, ainsi que par tous les mails de remerciement que je reçois.
Vraiment, merci, c’est réellement très agréable. Continuez !

Dans ces mails, je reçois des suggestions d’améliorations du logiciel. Je les accueille avec intérêt, parce que c’est de l’avenir de Tilekol dont il s’agit.
Et parfois, j’avoue que je ne suis pas trop d’accord avec ces demandes. Deux exemples:

Question: « Pourquoi ne pas calculer automatiquement pour chaque élève et chaque compétence un pourcentage de réussite ? »
Réponse: je ne suis pas contre les pourcentages de réussite. Je trouve qu’ils sont inutiles. Quel est l’intérêt de savoir qu’un élève a 67,85% de réussite et un autre 73,56 % ?
Bon, j’avoue que je suis un peu de mauvaise foi. Si un élève a 72,56 % de réussite en période 1 et 82,36% de réussite en période 3, c’est qu’il a fait des progrès.

Question: « Serait-il possible d’après toi de créer un diagramme (style courbe) pour chaque enfant en fonction du domaine évalué ? »
Réponse: C’est possible techniquement. Mais à quoi va servir cette courbe ? Je ne comprends pas trop.

L’idée générale de Tilekol: faire ARCHI-SIMPLE pour être ARCHI-UTILE.
Lorsque j’ai conçu le produit, j’ai fait la liste de toutes les fonctions qui me venaient à l’esprit, puis j’ai impitoyablement barré celles qui n’étaient pas fondamentales.
Je n’ai gardé que l’essentiel, en essayant d’obtenir une ergonomie maximale, un nombre de clics minimal et une interface agréable, avec un code-couleur évident.

Croyez-moi, si vous testez Tilekol, vous l’adopterez; Et réfléchissez: pourquoi l’aurez-vous adopté ? Est-ce que ce n’est pas justement pour son manque d’options, de complications, de clochettes et de grelots ?

A vos commentaires !



   

Vous avez aimé cet article ?

Devenez membre de la tribu et recevez la « newsletter du mercredi »*

*Vous pouvez vous désabonner à tout moment et de manière automatique en cliquant sur le lien prévu à cet effet qui se trouve en bas de CHAQUE message que vous recevez. CNIL N° 1533210

.