Un concept se développe actuellement à grande vitesse : c'est celui du “no-code”. Traduction : créer des programmes informatiques sans utiliser la moindre ligne de code. On vit une époque formidable.

.

.

Pourquoi vous en parler ici ? Parce que le “no-code” pourrait bien entrer dans vos classes. Grâce à vous, une fois que vous aurez été émerveillés par ce que je vais vous présenter aujourd'hui !

En informatique, comment donne-t-on des instructions à la machine dans le but d'obtenir un résultat donné ? (autrement dit, comment crée-t-on un programme ?)

    On utilise un langage particulier, souvent composé de signes cabalistiques, mais pas toujours. On utilise ce langage pour créer des instructions codées. La machine, qui connait ce langage, va décoder bêtement les instructions et le résultat apparaîtra sous vos yeux ébahis.

Parfois, la programmation demande de maîtriser un langage vraiment compliqué, mais parfois, quelques images suffisent à obtenir un résultat. Et même de jeunes enfants peuvent “coder”, par exemple en utilisant l'application “Scratch Junior” qui utilise des “briques visuelles”.

.

Programmez les déplacement du petit chat avec Scratch Junior

.

Les plus anciens se souviennent de la “tortue logo”, que l'on retrouve maintenant directement sur son iPad, par exemple grâce à l'appli “Logo” d'Emmanuel Crombez.


J'ouvre ici une parenthèse. je me rends compte que le thème est très riche, et j'ai des tonnes d'idées d'articles qui m'apparaissent soudain. Mais pour aujourd'hui, je ne dois pas me disperser. 


Vous avez bien pigé la notion de code ? En informatique, on code en utilisant un langage.

Je pourrais ici partir dans une grande comparaison avec le code alphabétique, puisque les enseignants qui lisent cet article en connaissent bien la problématique, mais je me perdrais en route et vous aussi.

Revenons à notre no-code.

…Et si vous pouviez créer une application pour smartphone, en quelques minutes (littéralement), sans connaître le moindre code ? Facilement ?

Imaginez…

    Une appli “privée” qui s'installerait en deux secondes sur l'écran du smartphone des parents de vos élèves. Une appli qui contiendrait les informations importantes sur votre école. Une appli qui présenterait votre classe. Une appli qui présenterait l'emploi du temps journalier de votre classe. Une appli qui présenterait les points importants que vous abordez en classe en ce moment.

En fait, une appli qui présenterait tout ce que vous voulez, SAUF DES DONNÉES PERSONNELLES CONCERNANT VOS ÉLÈVES. Mais ça, vous le savez déjà.

Et quand je dis “tout ce que vous voulez”, croyez-moi, votre imagination est pratiquement votre seule limite, puisqu'on peut y insérer des photos, des sons, des plans, des listes de tâches, créer une messagerie privée, gérer ses dépenses et même, entre autres, créer une boutique en ligne : vous voyez que ça dépasse largement le cadre de la classe et de la relation avec les parents.

Mais par quel miracle cela est-il possible ?

Magie ? Sorcellerie ? Télépathie ? Surnaturel ?

Non, feuille de calcul toute bête.

Glide

Glide est un site web qui permet cet exploit (mais il y a d'autres solutions, comme celle de Adalo).

Bon, c'est en anglais, mais avec Chrome, vous pouvez traduire en français si vous ne connaissez pas un mot de la langue de Steve Jobs.

.

L'interface de Glide

.

Le principe est le suivant :

Il vous faut un compte Google. Si vous avez Gmail, vous avez un compte Google.

Et donc, si vous avez un compte Google, vous avez un espace de stockage en ligne (Google Drive) et vous pouvez accéder à la “suite Office de Google”, toujours en ligne.

Et dans cette suite bureautique, il y a Google Sheets, le tableur en ligne.

Vous créez une feuille de calcul, en consacrant une colonne pour les “pages” de votre app, une autre pour les liens, pour les images, etc…

Glide accède à ce tableur, s'en sert comme d'une base de données ultra-simple et en fait une app.

L'exemple de la Classe de Mallory

Ce matin, en faisant quelques recherches sur les utilisations possibles de Glide en classe, je suis tombé sur une pépite : le blog d'une enseignante, “La classe de Mallory”.

Je ne l'ai pas encore contactée, j'espère qu'elle est OK pour que je parle d'elle 🙂

Elle a fait une vidéo où elle explique comment elle a monté son app :

.

.

Vous pouvez visiter la page de son app directement sur votre smartphone en cliquant ici.

Dans un article passionnant, elle explique qu'elle avait l'habitude, en début d'année, de distribuer aux parents un livret de présentation reprenant les informations de contact, l'emploi du temps de la classe, le calendrier des vacances, des explications pour les devoirs, etc…

Maintenant, elle a une app qui fait tout ça.

Je vois cinq principaux avantages, dans son cas :

    L'app est toujours sur la page d'accueil des parents, accessible à n'importe quel moment. Elle évite les photocopies. Elle peut mettre à jour des informations, en rajouter, en retirer à n'importe quel moment. Elle peut facilement impliquer ses élèves, en les faisant “programmer” de nouvelles rubriques de l'app. Et c'est gratuit…

Au-delà d'un simple blog

Vous me direz, on fait pareil avec un blog.

Pas tout-à-fait.

D'abord, parce que cette app est conçue pour être placée sur la page d'accueil du smartphone (avec icône personnalisable).

Ensuite, parce que le champ des possibles est très vaste.

Enfin, parce que c'est d'une simplicité déconcertante à mettre en place.

Vos idées please !

Je ne vais pas faire cet article trop long, mais nous allons revenir sur l'utilisation de Glide.

Bien entendu, je vais vous montrer comment faire (une fois que je m'y serai mis). C'est très intéressant.

Mais, avant tout, j'attends vos idées : que pourrez-vous faire avec ce système ?

Allez-y, lancez-vous, réfléchissez, exprimez-vous !

Bien entendu, je ne le répèterai jamais assez, ces apps ne devront pas contenir de données personnelles contenant les élèves.

Mais VOUS, que ce soit dans votre classe ou dans votre vie, quelle utilité pourriez-vous avoir à essayer de monter VOTRE app bien à vous ?

On en reparle très bientôt…