Je vous propose de vous pencher sur la réforme actuelle de la « refondation de l’école ». Non pas pour évaluer son effet positif sur le niveau de nos élèves ni pour disserter sur la question des rythmes. Mais pour réfléchir aux petites conséquences annexes, collatérales, inattendues. Négatives ou positives…

Ce matin, j’étais plongé dans la rédaction du « nouvel article » de Tilékol lorsque je me suis arrêté subitement, perplexe.

.

.

Une petite question tournait dans ma tête. Et m’a donné l’idée de vous poser à mon tour une question et de tenter une petite expérience…

Comme tous les mercredis matins, j’étais donc devant mon ordinateur, concentré, cerveau fumant, tasse de café à portée de mains, focalisé sur le thème d’un nouvel article que je trouvais intéressant, et que vous pourrez lire samedi, si le gros méchant cyclone qui tourne autour de la Réunion en ce moment n’emporte pas ma maison lors de sa visite toute proche.

Soudain, je me suis arrêté, le regard perdu dans le vide, avec un petit coup de blues soudain (vite arrivé, vite reparti). Une petite voix tournait dans ma tête et me posait une question dérangeante : « Tes articles, tu vas les écrire comment, l’an prochain ? Tu sera en classe, le mercredi matin, cher ami. »

Ah, oui, la réforme, la refondation, le mercredi matin, l’intérêt des enfants, la pause méridienne, les rythmes, tout ça.

Et ses petites conséquences, totalement secondaires, n’ayant rien à voir avec la pédagogie, mais touchant notre petite vie personnelle.

Par exemple, à Saint-Paul de la Réunion, où j’habite, il y a un conservatoire de musique. Je suppose que le mercredi matin, le crin-crin des violons résonne conjointement avec le boum-boum des percussions. Un peu plus loin, sur le stade, des petits rigolos juchés sur des patins à roulettes font un match de hockey, encadrés par des animateurs.

Idem pour les footballeurs en herbe, les rugbymen miniatures… et les enseignants blogueurs.

Ca va se passer comment l’an prochain ?

Revenons-en à Tilékol.

Tenez, regardez cette courbe : c’est la courbe de fréquentation du site. Vous voyez, les deux pointes ? Elles correspondent aux pics de visite du mercredi. Tous les blogs enseignants ont grosso-modo les mêmes courbes. Rien à voir avec les autres jours de la semaine : le mercredi, c’est le jour des enfants ET des enseignants.

.

.

A quoi va-t-elle ressembler l’an prochain, cette courbe ? Va-t-il y avoir un glissement vers le samedi ou le dimanche ?

Vous, lecteur, quand allez-vous visiter vos blogs d’enseignants préférés ?

Quant à moi, je ne dis pas « le lundi, c’est ravioli », comme dans le film « la vie est un long fleuve tranquille », mais « Le mercredi, c’est Tilékol ».

Le mercredi, c’est mon petit jour privilégié. Tilékol, mais aussi du sport, du repos, de la lecture, sachant que je consacre principalement le samedi après-midi et le dimanche à ma préparation de classe. (Le sport et aussi, hum, Tilékol occupant souvent une bonne partie de mon samedi matin).

Vous me connaissez : j’ai un tempérament positif, et je ne vais pas me lamenter, me tordre les mains, me griffer le visage, me rouler par terre (etc…)

Et j’ai décidé de tenter une expérience.

Une expérience pour se préparer au futur

Le mercredi, pour moi, ce ne sera plus Tilékol. A partir de mercredi prochain.

Le mercredi, je ne ferai que des activités annexes, en attendant de me retrouver en classe à partir de la rentrée prochaine.

Et on va bien voir comment ça va se passer, comment je vais m’organiser, quels seront les difficultés qui apparaîtront et les solutions que je trouverai.

Sachant que les perfectionnements techniques me permettent sans souci de programmer la publication des articles (et des newsletters) pour un jour et une heure donnée. Donc pour vous, lecteur, pas de changement. A condition que les articles paraissent…

Ah, juste un détail, pour ceux à qui cela aurait échappé : depuis très longtemps, je publie deux articles par semaine sur Tilékol : un le mercredi et un le samedi, plus la newsletter du mercredi. Je soigne ces articles, leur thème, leur illustration : je ne peux pas en publier plus de deux par semaine.

.

Et voilà donc maintenant la question importante que je vous pose :

« Quelles seront les conséquences collatérales du travail du mercredi sur votre propre existence ? »

Je parle des petits détails non pédagogiques, mais qui vont impacter votre vie personnelle. Négatifs, mais aussi pourquoi pas positifs…

 

Et pour conclure, je vais vous dire une chose en laquelle je crois fermement, l’ayant expérimentée un nombre incalculable de fois dans mon existence : quasiment tous les événements qu’on considère comme négatifs, voire très négatifs, contiennent en eux les germes d’évènements totalement inattendus, et qui sont eux positifs, voire très positifs.

La vie n’est pas un long fleuve tranquille, et c’est tant mieux.

Follow on Bloglovin



   

Vous avez aimé cet article ?

Devenez membre de la tribu et recevez la « newsletter du mercredi »*

*Vous pouvez vous désabonner à tout moment et de manière automatique en cliquant sur le lien prévu à cet effet qui se trouve en bas de CHAQUE message que vous recevez. CNIL N° 1533210

.