Partons à la découverte de libraires indépendants qui ont pris la décision de ne pas rester les bras croisés face à la montée en puissance d’Amazon. Ils ont monté un site très bien fait, avec une belle ambiance, où le livre est mis en avant, et où chaque librairie partenaire garde sa personnalité. De tels efforts ne doivent pas rester sans écho. Amis blogueurs, donnons-leur un peu de visibilité !

Est-ce qu’un « libraire », c’est un simple marchand de livres ? Certainement pas. Est-ce qu’on peut acheter en ligne des livres chez un vrai libraire ? Certainement.

.
.

Le défi a été de taille pour les libraires indépendants du site leslibraires.fr qui ont décidé d’unir leurs forces pour partir à leur tour à l’assaut du web. Mais avaient-il le choix ?

Dans l’article précédent, je vous avais expliqué une des raisons pour lesquelles Amazon est devenu au niveau mondial un réflexe immédiat chez les personnes qui désirent acheter un livre.

D’après moi, cette raison est un facteur qui a été largement sous-évalué par les concurrents du site qui est devenu le plus gros vendeur de livres au monde.

Cette raison s’appelle « affiliation », et consiste pour des dizaines de milliers de sites ou de blogs à installer sur leurs pages des « widgets », qui sont ces petites images des couvertures des livres sur lesquelles vous cliquez sans y penser.

Cela donne à Amazon une visibilité phénoménale, et la visibilité, rappelons-le, est la base de la publicité efficace. Tout le monde connaît Coca-Cola par exemple, et pourtant si cette marque arrêtait de faire de la pub partout, ses ventes baisseraient.

 

Un réseau de vrais libraires

A l’initiative de la librairie « dialogues », de Brest, le réseau « leslibraires » a vu le jour.

Plus d’un million de livres, en stock, disponibles, via un site web très bien conçu.

De quoi amener de la diversité dans l’offre en ligne de livres.

De quoi nous donner à nous, internautes, la possibilité d’acheter des livres chez des vrais libraires et non pas à des entrepôts géants aux pratiques douteuses (cliquez ici et allez à la page 44).

J’ai pris contact avec les responsables de la librairie, et c’est Caroline Kernen, responsable du site web, qui m’a répondu.

Des vrais livres dans une vraie librairie (Photo Librairie Dialogues)

-Pouvez-vous nous présenter votre site en quelques mots ?
Leslibraires.fr offre la possibilité aux libraires indépendants français de proposer à la vente (à l’expédition ou en réservation en librairie) les ouvrages qu’ils ont en stock en librairie ou qu’ils proposent à la commande.

-Cela représente un catalogue important ?
A elle seule, la librairie Dialogues, à Brest, à l’initiative du projet, peut proposer l’expédition de 120 000 titres immédiatement disponibles à ses clients. Parmi ces livres, de nombreux titres que l’on ne trouve pas facilement hors de la Bretagne (en particulier ce qui concerne notre région, donc, mais aussi des livres ayant trait à la mer ou même notre fonds spécifique en polémologie).
En nous unissant avec d’autres librairies, nous agrégeons à ce stock immédiatement disponible des livres qui participent à la singularité de chacune d’entre elles. Le pari est simple : rendre accessible facilement et rapidement le plus grand nombre de livres possible, en garantissant la qualité du conseil et du service, qui font la force des librairies indépendantes.
Nous proposons donc à nos confrères de nous rejoindre sur le portail leslibraires.fr, qu’ils aient un site Internet, qu’ils n’en aient pas, ou qu’ils souhaitent que nous leur en créions un. Tout cela pour le service des lecteurs, à qui nous souhaitons proposer l’offre la plus diversifiée, en papier et en numérique.
Des librairies diverses, spécialistes ou généralistes, nous ont rejoint depuis le mois de janvier 2012, vous pouvez consulter la carte de notre réseau ici.

-Si j’ai bien compris, les livres que vous vendez sont en stock chez vos libraires, prêts à être postés ?
Oui, et c’est bien là l’enjeu ! Plus d’un million de livres sont déjà accessibles sur leslibraires.fr, et prêts à être expédiés le jour-même de leur commande. Nous ne sommes pas des grossistes : nous souhaitons que chaque librairie puisse exercer son métier, qui consiste à vendre des livres à des clients !

Avant l’ère de l’Internet, nous prenions déjà des commandes pour des personnes qui souhaitaient que nous leur expédions des livres

-Lorsqu’une commande est passée sur le « site-amiral » (leslibraires.fr), qui expédie les livres ?
Il appartient au client internaute, au lecteur, de choisir le libraire qui lui expédiera son livre : soit qu’il le connaisse déjà, soit que le livre qu’il cherche soit disponible dans une librairie membre du réseau, soit qu’il utilise l’outil de géolocalisation pour privilégier une librairie proche de chez lui.

-Le passage à la vente en ligne a-t-il été aisé pour les libraires habitués à la vente traditionnelle ?
Nous sommes au service de nos clients. Avant l’ère de l’Internet, nous prenions déjà des commandes (par téléphone, par exemple) pour des personnes qui souhaitaient que nous leur expédions des livres. Et avant l’ère de l’Internet, nous répondions déjà bien sûr à toutes les demandes singulières de nos clients et commandions tous les livres qu’ils nous demandaient.
Le passage à la vente en ligne a facilité ces opérations, en réalité, et nous permet de répondre plus facilement à toutes ces demandes particulières. Et puis surtout, nos librairies sont désormais ouvertes tous les jours 24h/24 ! Donc oui, c’est plutôt facile de s’y mettre. D’autant que les outils que nous avons mis en place sur leslibraires.fr sont faciles à prendre en main pour les libraires, et correspondent en tous points aux services qu’attendent les clients (sur l’état d’avancée de leurs commandes en temps réel, par exemple).

 

La suite de l’interview va intéresser les propriétaires de blogs qui souhaiteraient mettre en place un partenariat avec leslibraires.fr

 

-Je n’ai jamais compris pourquoi, au niveau mondial, les libraires indépendants n’essayaient pas de se battre contre Amazon en utilisant à leur tour son arme fatale : l’affiliation. Lorsque des milliers de blogs font de la pub gratuite pour Amazon en échange de quelques centimes sur les ventes qu’ils ont provoquées, ils constituent une armée gigantesque de vendeurs qui rabattent chaque jour des hordes de clients. Il semble que ce soit en train de changer. Pouvez-vous m’expliquer pourquoi il a fallu autant de temps pour mettre en place ce système ?
Non, je ne peux pas l’expliquer tant cela me paraît naturel d’utiliser cet outil. Cela fait des années que nous avons mis en place les systèmes d’affiliation sur le site de la librairie Dialogues. Nous l’avons adapté pour leslibraires.fr et le proposons par défaut aux libraires dont nous créons les sites.

-Est-ce que votre système d’affiliation est aussi simple à mettre en place sur les sites et les blogs que celui d’Amazon ?
Je vous avoue ne pas connaître le système d’affiliation d’Amazon en détail. Mais je ne peux pas imaginer un mode opératoire plus simple que le nôtre. Il suffit de me demander sa mise en place ! Une création de compte sur leslibraires.fr et j’envoie la structure des liens à utiliser pour reconnaître les internautes provenant de chez vous. Pour le widget, il suffit de créer une liste de lecture sur le site et de cliquer sur « exporter » ! Vous pouvez même le styliser pour le mettre à vos couleurs… Le détail de vos visites et de vos ventes est accessible à tous moments sur notre site. Et il n’y a pas de montant minimum à atteindre pour recevoir ses commissions sur les ventes.-Est-ce qu’il présente des avantages par rapport à celui d’Amazon ?
J’imagine que pour celles et ceux qui aiment les librairies et y tiennent, cela ne présente que des avantages !

-Un particulier (prof, enseignant, blogueur, mes confrères donc) peut-il s’inscrire au programme partenaire ?

Oui, bien entendu.

-Peut-il avoir un bon d’achat de livres et non une rémunération payée, comme sur Amazon ?
Oui, il suffit de demander 🙂

 

Merci Caroline !

 


Amis blogueurs, comprenez-vous la problématique ?

N’hésitez pas à me contacter, j’aimerais créer une dynamique.

Non pas « contre Amazon » ou « pour leslibraires.fr ».

Mais simplement pour apporter de la diversité dans les liens que nous proposons à nos lecteurs, de manière à ce que chacun de nous ainsi que les jeunes générations puissent continuer à pouvoir se perdre dans des endroits comme celui-là :

©Librairie dialogues

.
Mise à jour du 9 octobre 2012 :

En guise de conclusion à cette présentation, je voudrais faire un petit « méa culpa ».

Voilà, je vous explique :

J’ai désiré faire une modeste oeuvre pédagogique en expliquant aux lecteurs la problématique des « liens vers Amazon » et leurs conséquences (dans cet article et dans celui qui précède).

J’ai désiré également montrer aux blogueurs qu’il y avait peut-être une alternative au « tout Amazon » et qu’on pouvait essayer d’envisager de mettre aussi quelques liens vers des libraires qui ont un site web en ligne, et à ce titre l’initiative de « leslibraires.fr » était intéressante.

J’ai désiré expliquer aux libraires que sans un système d’affiliation EFFICACE, ils ne peuvent pas contrer Amazon.

Seulement voilà, je ne voudrais pas non plus me placer comme un donneur de leçon :

  • Concernant les blogs, oui, le système des liens vers Amazon est pratique, et les avantages proposés par ce site sont tellement intéressants…
  • J’ai contacté plusieurs libraires en lignes, parfois plusieurs fois, avec insistance, depuis plusieurs mois (parce qu’il n’y a pas que le site ci-dessus), et aucune ne m’a répondu. J’ai l’impression qu’ils ne comprennent pas vraiment ce qui se passe. Ou qu’ils estiment que je suis un doux rêveur. Ils ont raison !
  • On dit toujours « il ne faut pas vouloir faire le bonheur des gens malgré eux« . Et c’est un peu l’impression que j’ai eue en rédigeant ces deux articles. Je pense sincèrement que je me suis un peu mêlé de ce qui ne me regardait pas, à la fois concernant les blogs et les libraires en ligne.
  • Et d’ailleurs, les lecteurs, ceux qui achètent des livres, sont assez grands pour choisir où ils désirent les acheter, en fonction de leurs souhaits qui leur appartiennent. Et ils ont raison…
  • Le monde du livre est en gros bouleversement, avec l’essor du livre numérique. Vouloir conserver les choses comme elles sont (ou comme elles étaient) est probablement utopique.

Néanmoins, cela m’a permis de faire avancer ma propre réflexion sur la question. En ce qui concerne Tilékol, je pense que je vais remettre des liens vers Amazon, et en plus mettre des messages suggérant ne pas oublier les autres vendeurs de livres, en premier lieu les libraires de leur ville…

Je souhaite beaucoup de réussite au site « leslibraires.fr », et à tous les libraires qui se lancent dans l’aventure en ligne !  Follow on Bloglovin



   

Vous avez aimé cet article ?

Devenez membre de la tribu et recevez la « newsletter du mercredi »*

*Vous pouvez vous désabonner à tout moment et de manière automatique en cliquant sur le lien prévu à cet effet qui se trouve en bas de CHAQUE message que vous recevez. CNIL N° 1533210

.