Chaque adulte écrit à sa manière : « pattes de mouches » pour les uns, fantaisie graphique pour d’autres, lettres droites, lettres penchées, lettres bizarroïdes, écriture appliquée d' » instits de CM2 « , script, écriture ronde, pointue, étalée… Les graphologues se targuent même de connaître nos traits de caractères les plus fins, simplement en observant notre écriture. Une question se pose cependant : les enseignants doivent-ils proposer un modèle d’écriture uniforme à tous les élèves, et pourquoi ?

.
Photo Wikipedia Commons © Alliance française de Wuhan

Photo Wikipedia Commons © Alliance française de Wuhan

.

Et surtout… lequel ?

Les enseignants de grande section et de CP ont une lourde responsabilité. Celle de faire entrer leurs élèves dans le monde merveilleux et complexe de l’écriture manuscrite cursive.

Pour y arriver, ils se documentent, achètent des livres traitant du sujet, ou des ouvrages proposant des exercices. De plus en plus souvent, ils utilisent les outils numériques, tablettes ou ordinateurs, qui leur proposent des petites applications souvent ludiques destinées à s’entraîner au tracé des lettres.

En ce qui me concerne (et si vous cherchez dans les archives de ce site vous constaterez que je vous en ai parlé régulièrement), je suis très sensible à la question.

Tout d’abord – et c’est pour moi une de mes rares certitudes pédagogiques – je suis très réservé quant à l’utilisation de polices de caractères informatiques pour l’apprentissage de l’écriture manuscrite. Je trouve qu’il y a un paradoxe fondamental et une absence de logique, qui s’explique simplement par une recherche de facilité de la part des éditeurs et aussi des enseignants lors de la phase de création des exercices.

Expérience

Prenons l’exemple de la lettre e.

Faisons une expérience.

Prenez une feuille et un stylo et écrivez :

le

be

oe

se

ve

Vous constaterez que le « point d’attaque » du e change selon la lettre qui le précède.

Comme 99,99% (je ne connais pas les 0,01% restantes) des polices de caractère ne savent pas prendre en compte cette particularité, elles vont écrire un e passe-partout, qui va plus ou moins bien se relier à la lettre précédente, provoquant une « cassure » dans le tracé et le rendant moins fluide.

pepe

Idem (parmi de nombreux autres exemples) pour la « petite patte » qui précède parfois la lettre a ou o.

Plusieurs approches

Vous me direz, et vous aurez raison : « J’adore écrire à la main le a avec une petite patte, et j’ai appris à l’école à écrire le e dont le tracé démarre à l’horizontale. »

C’est donc qu’il y a plusieurs manières de faire.

Mais y en a-t-il une qui soit « meilleure » que les autres ?

Certains pensent que non, certains pensent que oui. Pour information, en ce qui me concerne, je pense que oui, depuis que j’ai lu « Le geste d’écriture » de Danièle Dumont, ma « bible » en la matière.

Je pense que lorsqu’on y réfléchit, on peut introduire une logique objective dans le tracé des lettres, qui facilite son apprentissage, et plus globalement qui facilitera la vie future des apprentis-scripteurs. (Le scripteur étant celui qui écrit et non pas le dispositif d’écriture : stylo, crayon).

Par exemple, la « petite patte » du a (ou du o) n’existe que pour le relier à la lettre qui le précède, et donc qu’il est totalement superflu d’écrire des lignes de « a avec patte ». Par contre, il est très intéressant de s’entraîner à écrire des petits mots dans lesquels le a est relié à d’autres lettres. Exemple : la, ma maman, ta, rat, etc…

L’enseignant qui s’inscrit dans cette démarche voit immédiatement des difficultés se dresser devant lui. Et vous devinez lesquelles : les ouvrages, numériques ou papier, sur lesquels il se propose de s’appuyer montrent une grande disparité dans leur manière de tracer les lettres.

.
"Sons des lettres Montessori" : le "a" a une petite patte

« Sons des lettres Montessori » : le « a » a une petite patte

Application "dictées Montessori" : pas de petite patte au a, mais qu'est-ce que c'est que ce f ?

« Dictées Montessori » : pas de petite patte au « a », mais qu’est-ce que c’est que ce « f » ?

.

On peut décider de faire une croix définitive dessus. C’est une position qui se défend. Mais il y a un gros « mais » : que va-t-il se passer dans les années qui suivent, pour ces élèves ? Par exemple, en grande section, je leur apprends à tracer un a sans la petite patte, et l’enseignant du CP va insister pour qu’ils tracent cette patte. Cela pourrait poser des problèmes.

Ce serait penser que nos élèves n’ont aucune capacité de réflexion…

Pour résoudre ce dilemme, lorsque j’aborde le tracé des lettres avec mes élèves, je consacre un moment particulier où j’utilise en quelque sorte les principes de la pédagogie explicite :

Costumes

J’explique à mes élèves pourquoi je leur demande de tracer telle lettre de telle manière, et je leur explique également que les lettres sont comme les humains : elles aiment bien mettre des « costumes » différents. Ce qui fait qu’ils seront amenés à rencontrer des a « avec patte », des a « sans patte », des a qui auront été écrits d’une autre manière, avec un geste différent.

Eh bien, vous savez quoi ? Ils comprennent parfaitement pourquoi je leur explique tout ça. Ils comprennent parfaitement pourquoi je leur propose d’écrire telle lettre de telle manière. Et l’image du costume leur « parle » parfaitement.

Et à chaque fois, je repense à cette phrase de Maria Montessori que je devrais afficher en gros au-dessus de mon tableau :

.
.
 » N’élevons pas nos enfants pour le monde d’aujourd’hui. Ce monde n’existera plus lorsqu’ils seront grands. Et rien ne nous permet de savoir quel monde sera le leur : alors, apprenons-leur à s’adapter. « 
.
.

…Et ils vont vraiment devoir s’adapter, si on jette un oeil aux nouveaux futurs programmes pour l’école maternelle. On y trouve cette phrase qui aura sans doute attiré votre attention :

« En GS, ils écrivent leur prénom et leur nom en cursive (Document d’accompagnement : Modèles d’écriture scolaire). »

Si les modèles d’écriture scolaire sont ceux qui ont été proposés il y a quelques mois sur Eduscol, et si cette proposition devient « norme obligatoire », nos charmants apprenants vont devoir faire preuve d’une sacrée capacité d’adaptation.

.

cursive-officielle

.

Nous aurons certainement l’occasion d’en reparler…

Follow on Bloglovin



   

Vous avez aimé cet article ?

Devenez membre de la tribu et recevez la « newsletter du mercredi »*

*Vous pouvez vous désabonner à tout moment et de manière automatique en cliquant sur le lien prévu à cet effet qui se trouve en bas de CHAQUE message que vous recevez. CNIL N° 1533210

.