Dans ma main gauche : un iPad Mini (première génération). Dans ma main droite : un « Samsung Note 8 ». Les deux concurrentes font briller leur écran, mon doigt s’approche, le combat va commencer. Deux petites tablettes, super-transportables, légères, faisant office de carnet de notes électroniques. Qui sera le vainqueur ?

C’est le combat de deux appareils, mais pas uniquement.

combat

C’est également le combat de deux approches réellement différentes.

Préambule

Ceci est un compte-rendu, forcément subjectif, qui ne vous parlera pas de puissance de processeur ni de multi-truc ou nombre de pixels par pouce, index ou majeur. C’est le témoignage d’un utilisateur lambda qui a fait l’effort d’acheter les deux appareils, de les utiliser, et de faire un choix. Sans a priori.

Je voudrais également dans ce préambule m’adresser aux « débutants complets », ceux qui n’ont jamais eu de tablette. Ce face-à-face « iPad Mini – Galaxy Note 8 » peut difficilement donner les bons critères pour s’équiper.

Parce qu’il existe une autre distinction fondamentale : les « grandes » tablettes et les « mini-tablettes ». Ces deux concurrentes en lice sont des mini-tablettes.

A titre d’exemple, je préfère largement les grandes tablettes pour admirer les chef-d’oeuvres de Van Gogh, de Klimt ou de Monet. La taille de l’écran est quand même un élément à prendre en compte.

De même (ce blog étant lu en grande partie par des enseignants), pour une utilisation en classe, par les élèves, les grands écrans sont quand même à mon avis mieux adaptés.

Les « mini-tablettes » ont néanmoins un gros avantage : elles sont légères, fines, se transportent sans effort, s’utilisent en tous lieux et sont les reines de la « consultation » et aussi, comme nous allons le voir, de la prise de notes, y compris des notes manuscrites.

C’est d’ailleurs cette possibilité de prise de notes manuscrites qui a motivé mon choix de l’essai la Galaxy Note 8. Je voulais voir s’il y avait un « plus » par rapport à l’iPad Mini de ce côté-là.

Enfin, et c’est important, si vous êtes néophytes, vous devez savoir qu’il existe des différences indéniables entre le système proposé par Apple (IOS, qu’on trouve sur les iPads) et celui proposé par Google (Android, qu’on retrouve chez nombre de constructeurs, dont Samsung).

J’ai remarqué qu’il était très difficile pour un utilisateur d’Apple d’expliquer les avantages de l’utilisation de cet écosystème informatique à des personnes qui ne le connaissent pas : immédiatement, les critiques fusent, de la part des « ennemis de la Pomme », qui crient à l’escroquerie ou au snobisme sans avoir jamais essayé.

Je me contenterai donc de décrire ma petite expérience d’utilisation de ces deux tablettes, en me focalisant sur des critères les plus objectifs possibles.

J’ai également décidé de vous délivrer mes impressions, mais sans utiliser d’images, vidéos, copie d’écran. C’est volontaire. Les images seraient une distraction inutile.

Corpulence

A ma gauche : iPad mini, 318 grammes sur ma balance de cuisine (le constructeur annonce 308 grammes), très fine, une lame noire sobre et très « classe ».

iPad Mini (Photo Apple)

iPad Mini (Photo Apple)

.

A ma droite : Galaxy Note 8, 348 grammes sur ma balance (le constructeur annonce 340 grammes) , couleurs blanc et acier, un poil plus épaisse, un look accrocheur et une bonne bouille.

Samsung Note 8 (photo Samsung)

Samsung Note 8 (photo Samsung)

.

Vous pourrez lire sur Internet des pages de commentaires comparant l’aluminium de l’un et le plastique de l’autre. Entre nous, quelle importance ?

Retenons quand même que les 40 grammes de plus se sentent réellement dans la main. La Note 8 est plus lourde et plus épaisse que l’iPad Mini. Et un poil plus longue.

Prix

Ah, n’oublions pas le prix. C’est le principal argument employé pour traiter de « poires » les utilisateurs de marque à la pomme.

iPad Mini, 16 Go, version « wifi » : 299 euros.

Galaxy Note 8, 16 Go, version « wifi » : 379 euros.

Sur ce coup, Apple est moins cher. 80 euros de moins, quand même.

Le modèle précis que j’ai acheté est la version 4G-LTE, 16 Go. Prix : 548 euros.

Pour un iPad équivalent : 419 euros (mais ne fait pas « téléphone »).

Là, Apple est nettement moins cher que Samsung : 129 euros de moins !

Eh oui, certaines idées reçues sont tout simplement fausses.

Prise en mains

Je suis un peu gêné par la multiplication et l’emplacement des boutons qui se trouvent sur la Note 8, tout simplement parce que quand je la manipule, j’ai tendance à appuyer sans le vouloir sur le bouton « extinction », par exemple, ou sur les deux zones tactiles qui se trouvent de part et d’autre du bouton principal. C’est assez rageant.

J’ai donc tendance à la prendre « avec des pincettes », ce qui n’est pas le cas de l’iPad Mini.

Ecran

L’écran de la Note 8 est un peu mieux défini que celui de l’iPad Mini (je parle de l’iPad Mini ordinaire, pas de la version Retina).

Les lettres sont un peu plus nettes, ce qui est en théorie plus confortable pour la lecture, mais en pratique pas gênant. Disons que les lettres sont plus « jolies » et que quand on met les deux écrans côte à côte celui de la Samsung attire un peu plus l’oeil.

De plus, il est  allongé, ce qui est plus naturel pour visionner des vidéos, mais un peu moins pratique pour naviguer sur Internet.

Clavier

J’avoue avoir une préférence pour le clavier Android à la sauce Samsung, avec lettres et chiffres immédiatement accessibles et prédiction de mots, plus pratique à mon goût que la saisie intuitive d’IOS. Je l’aime bien, ce clavier.

Stylet

Ah, c’est là que ça devient intéressant.

Le stylet, c’est le gros argument de vente de la Note 8. Effectivement, il est très sympa, se range dans le corps de l’appareil, je l’ai utilisé très souvent comme prolongement de ma main pour naviguer sur Internet, par exemple. Sa pointe est fine et précise, et on peut s’en servir pour annoter son calendrier ou écrire de petits textes, faire des croquis.

C’est le genre de gadget qu’on a du plaisir à utiliser. Un très bon point pour la Note 8.

Mais il y a un « mais »… et un gros :

Figurez-vous que j’ai quand même été déçu par ce stylet. Tout simplement parce que pour écrire, réellement, des textes, à la main, l’iPad Mini fait mieux. Ce qui m’a laissé réellement perplexe.

La faute ne revient pas au stylet (celui de la Samsung est excellent et techniquement bien plus avancé que les stylets à gros embout utilisables sur iPad) mais aux applications.

En effet, j’ai fait des tests, pour l’écriture manuscrite pure, l’iPad sort vainqueur. J’y écris plus rapidement, les lettres sont nettement mieux tracées, le partage (sur Evernote par exemple) est mieux fait, bref comme réel outil de productivité, l’iPad bat la Note 8 à ce niveau.

Le jour où des applications aussi sérieuses que celles que je vous avais présentées ici sortiront sur Android, la Note 8 sera meilleure en raison de son stylet très agréable à utiliser…

Les forums d’utilisateurs regorgent d’ailleurs de discussions au sein desquelles des « fans d’Android » réclament à cor et à cri le portage d’applications comme Noteshelf ou Notability. Je suis persuadé que cela viendra un jour, mais en attendant je n’ai pas trouvé de réel équivalent.

L’application fournie par Samsung (« S-Notes ») est pratique, mais d’une tristesse et d’une laideur… Pourquoi des feuilles de papier virtuel devraient-elles être marron ou quadrillées ? On est très, très loin de Noteshelf.

Allez, accordons l’égalité par anticipation, de telles applications sortiront bien un jour… Si vous en connaissez, indiquez-les en commentaires, merci !

Bugs

J’ai eu régulièrement des bugs avec la Note 8, du style une appli qui se fige puis qui se ferme. Ou une revue téléchargée dont les lettres formant les titres sont toutes embrouillées et se promènent sur la page…

Je n’ai pas l’habitude d’une telle fréquence de bugs avec l’iPad.

Applications communes

Voyons voir quelques applications j’ai pu immédiatement installer à la fois sur iPad et Note 8 :

  • Dropbox. Evidemment. Indispensable.
  • Evernote. Heureusement !
  • Wunderlist, le gestionnaire de tâches. Synchronisation sans souci.
  • Le Kiosk : pour lire les magazines et revues, rien de tel qu’une tablette. Notons qu’avec cette application précise le grossissement est un peu « limite » sur la Note 8, ce qui fait que la lecture des magazines est plus confortable sur l’iPad Mini, où l’amplitude du zoom est plus importante.
  • Pocket, pour récupérer des pages web intéressantes et les lire plus tard.
  • Kindle, pour lire les livres d’Amazon.
  • Simple Mind, pour les cartes mentales.
  • Explain Everything, pour la classe, existe MAIS je ne l’ai pas téléchargé (voir plus bas dans le pavé jaune).

Donc, effectivement, il y a quand même une bonne quantité d’applications « de base » qui se retrouvent dans les deux univers.

Applications manquantes

Ce que je n’ai pas retrouvé sur Android :

  • Les applications qui tirent parti du « nuage » d’Apple, iCloud. Je pense que c’est Apple qui bloque un peu d’un côté, et Google qui bloque de l’autre. Dommage. Et pénalisant, pour les contacts et le calendrier. Il y aurait bien une solution : utiliser intégralement le système Google, qui fonctionne à la fois sur Mac et Android. Mais je n’ai pas envie. Ces derniers temps, je trouve Google NETTEMENT trop intrusif et nettement moins « cool » qu’avant. Il a des tendance à se prendre pour Big Brother, suivant en cela Facebook. Pas bon.
  • Les grands classiques du monde Apple, comme Omnifocus, Things, Notability. Mais ce n’est pas trop gênant, à partir du moment où j’ai mon iPhone dans ma poche, qui les contient.
  • Le traitement de texte IA Writer, avec son super-clavier et son accès à iCloud. Dommage, parce qu’il permet de « taper » du texte à grande vitesse.
  • L’équivalent de GoodReader, le top des lecteurs PDF sur iPad. Néanmoins, Adobe Reader sur Android est assez agréable, et autorise les annotations manuscrites.
  • Les applications Apple (on peut toujours rêver)… du style Numbers, avec son célèbre formulaire permettant d’optimiser la saisie des résultats des évaluations pour Tilékol…

Utilisation

l’iPad, avec son minimalisme et la grande qualité visuelle et ergonomique de son utilisation, c’est en quelque sorte le style « zen confortable ».

La Note 8, avec son interface plus rustique, et ses multiples petites sollicitations visuelles ou auditives dans le genre « gadget qui fait pouic », ne peut pas être qualifiée de « zen ». Je la qualifierais de « techno sympathique ». Son utilisation est très ludique.

Les « gros défauts »

Franchement, honnêtement, je n’en ai pas trouvé sur l’iPad. On peut reprocher à Apple d’être une société commerciale et de gagner des sous (comme Google, Samsung ou Sony, soit dit en passant), mais elle fait tout pour que l’expérience de ses utilisateurs soit agréable et sans à-coups. Au risque de les « emprisonner » dans une prison dorée. L’essentiel étant d’avoir le choix de sa prison et de pouvoir en sortir quand bon nous semble.

Sur la Galaxy Note 8, j’ai trouvé trois gros défauts, qui ne sont pas dus à l’appareil en lui-même, mais au système Android :

  • Esthétiquement, ce n’est pas très beau. Je ne parle pas de l’appareil, mais de son contenu. Je sais, je sais, ceci est subjectif. Si pour vous ce n’est pas un argument, OK, pas de problème. Mais pour moi, c’est assez important. J’ai parfois l’impression d’utiliser Windows XP…
  • Avec Android, j’ai la trouille pour ma sécurité. Lorsque j’installe une application, je dois lui donner tout un tas d’autorisations « qui font peur » : accéder à mes données, à mon réseau, à mon stockage. A chaque fois, je me pose la question du risque potentiel. Voir ici, par exemple. Je me fais peut-être du souci pour rien, mais il n’empêche, l’univers est totalement différent. Avec l’iPad, rien de tout cela. J’installe toutes les applications que je veux sans aucune crainte.
  • Avec Android, j’ai l’impression de passer mon temps à bidouiller, à traficoter dans les paramètres, à installer des trucs bizarres, à chercher dans les forums, à aller me perdre dans l’arborescence des fichiers. C’est parfois amusant, mais quelle perte de temps…

Le partage de fichiers

Quel que soit l’appareil, si vous voulez partager un fichier avec quelqu’un… envoyez-le lui par mail ou par un lien de Dropbox ! Les clés USB sont aussi inutiles sur les tablettes que les lecteurs de disquettes sur les ordinateurs. En quelle année sommes-nous, déjà ?

A l’heure du choix…

…Je commence par vous ou par moi ?

Commençons par vous :

  • Si vous cherchez un prix bas (je parle des prix de ces deux appareils précis) et une utilisation simple, l’iPad est fait pour vous (comparée à la Note 8). Vous ne vous casserez pas la tête avec la technique, vous n’aurez pas de virus, vous aurez un environnement agréable et vous ne rechignerez pas de temps à autre à payer quelques euros pour avoir une application de qualité.
  • Si vous n’aimez pas Apple (vous en avez le droit) et cherchez un prix encore plus bas, tournez vous vers une autre solution, du style Nexus 7 de 2012 (avec écran plus petit mais à prix bradés actuellement), la Note 8 ne vous apportera rien de plus. La Samsung Tab 7 est également très bien et existe en version 3G. Marc, un ami, s’en sert comme unique téléphone et il en est enchanté.
  • Mais FUYEZ comme la peste les tablettes Android à moins de 100 euros « Made in China », ce sont des catastrophes.
  • Si vous voulez réellement utiliser votre tablette pour « écrire à la main avec un stylet » des notes, des pages ou des romans, réfléchissez à deux fois avant de vous précipiter sur la Note 8. J’écris bien mieux et plus rapidement, sur des « supports » plus variés (carnets, agendas, etc…) en utilisant iPad Mini, application Noteshelf et stylet « Hand Stylus » ou Bamboo Pen. Mais ce n’est que mon expérience et je suis loin de connaître tous les logiciels disponibles pour Android en la matière. J’ai quand même pas mal cherché avant d’écrire ces lignes et je n’ai pas trouvé l’équivalent.
  • Si vous êtes un utilisateur Apple et que vous voulez « changer un peu », ce qui est parfaitement compréhensible, vous pouvez essayer la Note 8 ou autre tablette Android, passé une phase assez difficile vous allez peut-être vous amuser, mais gardez quand même votre iPhone avec vous : il contient des perles irremplaçables et il est LE lien avec votre « univers ».

…Et mon choix personnel :

Après bien des tergiversations, j’ai choisi de ne pas garder la Note 8.

Pourquoi ?

Parce que cet appareil ne fait absolument rien de plus que l’iPad Mini, et que l’iPad Mini fait plus de choses intéressantes que la Note 8. Y compris l’écriture manuscrite.

Je vous avoue que j’ai été très tenté par la tablette de Samsung. Avant de l’acheter, elle me « faisait les yeux doux » au détours des pages web et des vidéos Youtube. Ce petit stylet me tentait vraiment.

Lorsque je l’ai reçue, elle ne m’a pas quitté pendant plusieurs jours. Parce qu’elle est ludique, très jolie et contient ce qu’on pourrait appeler des « sollicitations inconscientes », qui sont de l’ordre du gadget mais qui donnent envie d’y revenir, un peu comme pour un jeu vidéo.

J’ai réellement pensé que j’allais la garder, et qu’elle allait cohabiter avec l’iPad Mini. Mais je me suis rendu compte qu’il n’y aurait pas de place pour deux mini-tablettes simultanément. Au bout de 15 jours, elle se serait retrouvée dans un tiroir.

Le côté « je peux m’en servir comme téléphone » m’a retenu. Mais nous sommes là dans le gadget. Pour téléphoner, j’ai mon smartphone.

Ceci dit, la Galaxy Note 8 est un très bel appareil, vraiment.

J’utilise Mac ET PC. J’ai une liseuse Amazon ET une Kobo. Mais je n’aurai pas un iPad ET une tablette sous Android. C’est une question d’écosystème et de qualité des applications.

Dommage ! J’était tout prêt à jouer le jeu et à partir à la découverte. Mais pas à descendre de plusieurs crans au niveau de mon expérience d’utilisateur.

.

GROS bémol pour l’utilisation d’Android à l’île de la Réunion et dans les autres DOM :

Je vous déconseille fortement tablettes et téléphones Android dans le cas suivant : si vous n’êtes pas particulièrement à l’aise avec l’informatique ET que vous désirez profiter à fond de votre appareil.

Pourquoi ?

Parce que Google BLOQUE l’accès de TOUTES les applications payantes et de nombre d’applications gratuites aux habitants des DOM. Vous ne pourrez donc pas les utiliser (comme Explain Everything, cité plus haut, ou encore Papyrus pour prendre des notes et une multitude d’autres apps.)

Cette situation dure depuis les débuts d’Android et elle est extrêmement pénalisante.

Ne croyez pas que vous allez contourner le problème en achetant votre appareil en France métropolitaine, comme je l’ai fait avec la Note 8. C’est plus compliqué et plus vicieux que ça. Nous sommes punis.

Il y a des moyens de s’en sortir en utilisant des applis pirates ou des marchés parallèles, avec tous les risques que cela comporte.

Il est également possible de bidouiller les entrailles logicielles de l’appareil en le « dérootant » ou utilisant des VPN, mais ce n’est pas à la portée du novice.

 

Utilisation des tablettes dans les classes :

Je l’ai dit plus haut, à mon avis les mini-tablettes ne sont pas forcément adaptées à une manipulation par les élèves dans un but pédagogique.

Et les iPads ont, à mon humble avis, un net avantage qui s’appelle « Air Play ».

Prenez un vidéo-projecteur, branchez-y un petit appareil appelé Apple TV, et vous projetez, sans fil, le contenu de l’écran de votre iPad, manipulé par vous-même ou par vos élèves.

Cela permet une multitude d’utilisations, à la fois « passives » et « actives »et donne une alternative bon marché aux TBI.

Nous reviendrons sur l’utilisation des tablettes en classe. Si vous avez des expériences (positives ou négatives, avec Apple ou Android ou autre), n’hésitez pas à me contacter !

 

Je voudrais publiquement remercier le site ldlc.com. Ce sont des pros. Ils m’ont envoyé la tablette en un temps record et ils ont toujours été là lorsque j’avais besoin d’eux, y compris concernant le retour de l’appareil. Chapeau. 

 

Follow on Bloglovin



   

Vous avez aimé cet article ?

Devenez membre de la tribu et recevez la « newsletter du mercredi »*

*Vous pouvez vous désabonner à tout moment et de manière automatique en cliquant sur le lien prévu à cet effet qui se trouve en bas de CHAQUE message que vous recevez. CNIL N° 1533210

.