Avertissement au lecteur: je ne vais parler dans cet article que de l’évaluation dans sa dimension pédagogique. Et non pas dans une quelconque perspective administrative, politique, obligatoire ou contraignante. Ce n’est pas l’objet de ce blog.

Lorsqu’on conduit sa voiture, on passe son temps à évaluer:
-Evaluer sa vitesse…
-Evaluer son kilométrage…
-Evaluer sa consommation…
-Evaluer sa direction…
-Evaluer la distance et le temps qui nous sépare de notre destination…
Toutes ces évaluations, nous les faisons sans même nous en rendre compte, en jetant de temps à autre un oeil sur le compteur de vitesse, la jauge d’essence, le compteur kilométrique, etc…

Nous avons à notre disposition des instruments de pilotage. Des compteurs. Des voyants. Des cartes. Des panneaux routiers.

Lorsque nous conduisons notre classe, nous avons à notre disposition une salle, des élèves, des instructions officielles, des manuels, des sites web. Ils constituent en quelque sorte notre « véhicule ».

Mais tous ces éléments ne sont PAS des instruments de pilotage. Ils n’indiquent PAS où nous nous trouvons, à quelle vitesse nous conduisons, quelle distance nous avons parcourue, et si nous sommes encore loin du but. Nous conduisons dans le brouillard, à une vitesse inconnue, nous ne savons pas où nous nous trouvons.

Nous avons besoin d’instruments.

Tout récemment, sur la page Facebook de Tilékol, j’ai eu cette remarque très intéressante d’une enseignante: « J’aimerais savoir comment vous utilisez Tilékol…J’ai du mal à m’y mettre, car il me semble que je vais passer énormément de temps à rentrer les compétences, etc…. »

Je voudrais donc expliquer ici à Sylvie (c’est son prénom) et à tous ceux qui se posent la même question que la manière d’utiliser Tilékol est avant tout SIMPLE.
Si vous commencez à éprouver la moindre difficulté avec, c’est que vous faites fausse route.

Rappelez-vous: en voiture, vous jetez un coup d’oeil rapide aux compteurs.
Considérez Tilékol comme étant votre compteur.

Vous N’AVEZ PAS BESOIN d’entrer des listes interminables de compétences à l’avance: je le répète, Tilékol n’est pas un instrument administratif, ce n’est pas non plus un outil à bâtir des progressions. Non, Tilékol est là pour vous donner une vision de ce que vos élèves ONT réalisé, pas de ce qu’ils VONT devoir faire.

L’évaluation en maternelle est indispensable, même en petite section ! Elle ne doit pas être un fardeau, mais une aide.

Voici comment je fais dans ma classe:

-Je prépare ma semaine. Un coup d’oeil à mes progressions me permet de savoir ce que je vais aborder en langage, en graphisme, en maths, etc…
-Pour chacun de ces domaines, je prévois un « dirigé » avec mes élèves, soit en groupe restreint, soit en groupe-classe.
-Je sais quel va être la compétence que je vais cibler pour chaque dirigé.
-J’identifie exactement le point précis sur lequel je vais poser ma loupe, afin de savoir ce que mes élèves connaissent, ont appris, ou ont encore à apprendre. C’est ce point que je vais évaluer. Je le fais individuellement, rapidement, en fin de dirigé ou en corrigeant le petit exercice que je leur ai donné. Comme la plupart de mes dirigés se font en petit groupe, ça va très vite.

Et c’est terminé, bien que je n’aie pas encore ouvert Tilékol !

Il ne manque plus que la saisie (que je fais avec mon iPhone, hop, en deux temps et trois mouvements).

Et c’est tout. Du moins pour la partie « évaluation ».

Il reste la deuxième partie du travail, agréable, ne demandant aucun effort, et qui consiste à jeter un oeil sur mon cadran – pardon, sur mon tableur. Les cases colorées me disent tout.

Je vois si j’ai été bon ou mauvais (s’il y a trop de cases rouges, c’est moi qui ai été mauvais). Je vois quels seront les élèves qui vont avoir besoin d’un coup de pouce pour certaines notions, en « aide personnalisée », par exemple (vous avez dit personnalisation ?).
Et en fin de période (ou à la demande, lorsqu’ils viennent me voir le soir par exemple) je me fais un plaisir d’imprimer un petit livret pour les parents. Ca me donne un excellent moyen de communiquer avec eux.

Ce n’est pas plus compliqué que ça. Inutile d’aller chercher midi à quatorze heures. L’évaluation en maternelle doit être simple, pratique, utile.

Elle ne doit pas non plus être une contrainte ! Il y a des jours où je n’évalue rien. Il y a certaines évaluations que je ne reporte pas dans Tilékol. Rien de grave. L’essentiel, c’est que tranquillement, je jette de temps en temps un coup d’oeil à mes voyants. Je vois où je vais. Je vois ma vitesse. Je contrôle ma direction.

Mes élèves arriveront à bon port.



   

Vous avez aimé cet article ?

Devenez membre de la tribu et recevez la « newsletter du mercredi »*

*Vous pouvez vous désabonner à tout moment et de manière automatique en cliquant sur le lien prévu à cet effet qui se trouve en bas de CHAQUE message que vous recevez. CNIL N° 1533210

.