L‘outil « Tilékol » est un simple petit fichier Excel. Il est prêt. Le mettre en ligne et le partager ? une formalité… Sauf que la réalité est un peu plus compliquée. Dans cet article, je vais essayer de vous montrer l’envers du décor de la création de logiciel. Une réalité que je découvre moi aussi depuis quelques mois, et qui est parfois un peu « rugueuse »…

Je vais continuer demain à vous faire le tour des fonctions du « nouveau » Tilékol.

Mais auparavant, je dois faire un petit point. Et ce petit point, j’aimerais le faire avec vous.
D’une part par envie de partager cette aventure, et d’autre part pour que vous puissiez découvrir quelles sont les épreuves qui guettent celui qui se lance dans l’aventure. Vous allez voir, il y a quelques surprises…

Au départ, tout va bien. Vous créez une petite feuille Excel, vous l’utilisez en classe, ça fonctionne, c’est chouette, vous vous dites « allez hop, on partage ».

Je vous passe les étapes de la création du site web, je ne parle que du logiciel.

Donc, vous partagez.

Vous connaissez à peu près bien Excel pour le pratiquer depuis une quinzaine d’années, mais vous oubliez un peu que ce n’est pas le cas de tous ceux qui ont décidé de l’adopter.

Et vous vous retrouvez avec plein de questions. Bien entendu, il faut trouver les réponses, puis il faut répondre.

Vous vous rendez compte qu’il y a de nombreuses versions du programme, sans oublier les « variantes » telles que Open Office ou Libre Office. Au passage, vous découvrez que ces variantes sont bien LOIN d’égaler l’original, quoi que vous ayez pu vous-même penser pendant des années… Et il y a plein de trucs qui fonctionnent avec VOTRE Excel et qui ne fonctionnent pas avec d’autres versions, soit d’Excel, soit d’autres tableurs.

Les joies du partage

Bon au moins, ça vous aura permis d’élargir votre horizon.

Puis viennent les suggestions d’utilisateurs.

Et vous devez bien admettre que certaines sont sacrément intéressantes. Voilà la « version 2 » qui commence à germer dans votre cerveau, puis à pousser, puis à vous occuper sérieusement l’esprit.

Ni une ni deux, vous vous lancez dans la nouvelle version.

Et vous découvrez que, si les demandes sont clairement établies, la mise en pratique, elle, est autrement plus complexe. Vous passez des heures. Des jours. Des semaines. Des mois !

Pour accélérer les choses, vous faites appel à un pro de la programmation qui vous résoud tous vos problèmes techniques, mais qui n’a pas « tout » compris aux finalités de Tilékol. Qui du coup a perdu un peu de son âme.

Cent fois sur le métier vous remettez l’ouvrage.

Et un beau jour, « miracle », ça y est, le petit nouveau est là, devant vous, et il fonctionne bien. Avec vous.

Du coup, (erreur) vous vous précipitez pour annoncer qu’il sera disponible 15 jours plus tard.

Excel pour les bêtas

Vous lancez un appel aux « bêta-testeurs », par chance vous avez une communauté extra avec plein de volontaires.

Et le test commence…

Et vous vous retrouvez avec une myriade de points soulevés par ces testeurs.

Ce qui marche chez vous ne marche pas forcément chez eux. Il faut trouver pourquoi.

Les fonctions qui vous paraissent évidentes ne le sont pas forcément pour certains d’entre eux.

Il faut se remettre en question.

Vous vous rendez compte que cette version 2 ne peut pas sortir sans être sérieusement étayée par des vidéos explicatives.

Et faire de telles vidéos, ça prend du temps, beaucoup de temps.

N’oublions pas que « vous avez un métier », et que vous n’êtes pas créateur de logiciel à plein temps.

Ce qui vous paraissait une simple formalité s’avère un peu plus compliqué que prévu.

Et encore, on ne parle ici que d’une simple feuille Excel, et non pas d’un « vrai » logiciel complexe. Je me met à la place des petits – ou gros – éditeurs de programmes. Je comprends mieux leur univers, leurs contraintes, leurs délais.
Et je suis admiratif devant les produits extraordinaires qu’ils nous délivrent.
Ils accumulent des centaines, des milliers d’heures en développement, en recherches ergonomiques, graphiques, et bien souvent – tiens, comme Tilékol – ils font cadeau de leur produit.

On vit une époque formidable!

Chapeau, les testeurs !

Les « testeurs volontaires » méritent un grand « merci ». Depuis samedi dernier, ils se sont mis au travail. Certains sont aux anges, pour eux, « tout baigne ». D’autres triturent, torturent, poussent Tilékol dans ses retranchements. Et ils ont bien raison: c’est à cette condition qu’il sera facile à maitriser par vous-même, futur utilisateur. On va y arriver ! Ne vous en faites pas. Au prix peut-être de certaines modifications.

Parce qu’il faut que je garde bien à l’esprit la phrase d’Antoine de Saint-Exupéry qui m’avait guidé lors de la création du tout premier « Tilékol »:

« Il semble que la perfection soit atteinte, non quand il n’y a plus rien à ajouter mais quand il n’y a plus rien à retrancher ».

Le « nouveau Tilékol » va être super. Il lui faut juste un peu de temps supplémentaire pour voir officiellement le jour.

Il lui faudrait peut-être aussi un autre ingrédient. un ingrédient qui était présent lors de la sortie de la version 1, mais qui semble bizarrement faire défaut, du moins jusqu’à maintenant, pour la version 2.

Cet ingrédient, ce sont des commentaires de visiteurs !
Importants, essentiels, vitaux ! Apportez-nous votre énergie, aidez-nous à franchir le cap, laissez un petit mot là-dessous. Et armez-vous d’un peu de patience…

Merci !





   

Vous avez aimé cet article ?

Devenez membre de la tribu et recevez la « newsletter du mercredi »*

*Vous pouvez vous désabonner à tout moment et de manière automatique en cliquant sur le lien prévu à cet effet qui se trouve en bas de CHAQUE message que vous recevez. CNIL N° 1533210

.