Suite de notre série consacrée à un petit système d’organisation personnelle. Nous avons défini nos tâches, nos projets, nous les avons répartis au sein de « zones » clairement définies, nous avons commencé programmer nos actions. C’est très bien ! Et ce n’est pas tout-à-fait terminé.

.

vide

.

Après avoir maîtrisé le concept de « demain », nous devons maintenant découvrir celui qui s’appelle « vide ».

.

Cet article fait partie d’une petite série qui paraît le week-end et qui a pour but de vous fournir une méthode d’organisation claire, concrète et facile à mettre en oeuvre.

Première partie : « Inbox »

Deuxième partie : « Demain »

Troisième partie : « Tâches, projets »

Quatrième partie : « Zones »

L’article que vous avez sous les yeux est donc le cinquième de la série.

Mythologie grecque : « Pour avoir osé défier les dieux, Sisyphe fut condamné […] à faire rouler éternellement jusqu’en haut d’une colline un rocher qui en redescendait chaque fois avant de parvenir au sommet. »
Wikipedia

Les grecs anciens avaient l’art de toucher les points faibles des humains et de les représenter sous forme divine, métaphorique, et parfaitement compréhensible.

Lorsque nous gérons nos tâches, nous nous transformons en « Sisyphes modernes ». Nous ne faisons pas rouler des rochers, mais nous alimentons des listes, sans fin, et ces listes semblent enfler au fur et à mesure que la communication numérique fait des progrès. Nous sommes sans cesse sollicités, relancés, harcelés.

Pour nous en sortir, nous tentons de nous organiser. Nous utilisons des cahiers, des logiciels, mettons sur pied des systèmes, des collections, des classements, des fichiers.

Nous oublions le principal

Et sans nous en rendre compte, au lieu de gérer des actions, nous gérons des listes d’actions. Comme si la finalité était non pas de faire, mais de noter ce que nous devons faire.

Nous nous trimballons sans cesse ce fardeau qui nous suit partout et ne nous laisse jamais en paix.

Or, le principal, ce n’est pas de noter ce que nous avons à faire, mais de faire ce que nous avons noté.

…Et je vais même vous faire une confidence : on peut y arriver !

Le concept de « vide »

Il est très simple. Il consiste à VIDER ces satanées listes, à transformer le gros rocher de Sisyphe en petit caillou, à le mettre dans sa poche et à gravir la colline en sifflotant. Et une fois en haut, à apprécier le paysage !

Plus facile à dire qu’à faire ? Certainement.

Mais attention, vous avez des armes, maintenant.

Vous avez défini vos zones, vous avez défini vos projets et identifié vos tâches.

Maintenant, au boulot.

Il s’agit de mettre le paquet, pendant une durée limitée.

De la vider, cette zone.

Pour cela, il faut traiter chaque tâche, chaque enveloppe, chaque document.

La plupart du temps, d’ailleurs, « traiter » signifiera « jeter ».

Vous pouvez le faire !

Croyez-moi, c’est faisable. C’est possible, c’est réalisable.

Une fois que vous aurez fait le ménage, il vous restera quoi ? Les projets en cours et les tâches programmées.

Vous serez au sommet de la montagne, et il ne vous restera plus qu’à alimenter votre mini-liste de tâches à effectuer DEMAIN.

Par quoi démarrer ?

Par la zone « perso » et par les papiers.

C’est en général ce qui nous encombre la vue (et la vie) et ce qui est paradoxalement le plus facile à traiter. Consacrez-y 1/4 d’heure de concentration chaque jour et vous verrez que toute cette paperasse va littéralement s’évanouir.

Démarrez donc… demain !

 

Follow on Bloglovin



   

Vous avez aimé cet article ?

Devenez membre de la tribu et recevez la « newsletter du mercredi »*

*Vous pouvez vous désabonner à tout moment et de manière automatique en cliquant sur le lien prévu à cet effet qui se trouve en bas de CHAQUE message que vous recevez. CNIL N° 1533210

.