L‘univers des liseuses est encore en train de s’inventer. Il n’est donc pas étonnant de voir sortir de nouveaux raffinements techniques qui ont pour but de se différencier des concurrents et, dans certains cas, qui se généraliseront parce qu’ils constituent un réel progrès.

.
Lire dans l'obscurité : un plaisir avec une liseuse ! Image © booken.com

Lire dans l’obscurité : un plaisir avec une liseuse !
Image © booken.com

.

La dernière « révolution » en date est celle des liseuses grand format. En particulier la Cybook Ocean : un écran de 8 pouces, qui dit mieux ? (le pouce étant l’unité de mesure anglo-saxonne équivalente à 2,54 centimètres, cet écran a donc une diagonale de 20,32 centimètres).

Eh bien, vous savez quoi ? Je ne suis pas tenté, mais alors pas du tout.

Je vais vous en expliquer la raison dans les lignes qui suivent. Etant donné que j’ai reçu plusieurs mails me demandant mon avis au sujet de cette liseuse, cela me permettra de répondre à tout le monde, y compris à ceux qui ne m’ont pas encore posé la question…

Le concept de la liseuse

Tout d’abord, revenons sur le concept de « liseuse ».

Il s’agit d’un appareil qui a été créé pour permettre la lecture la plus confortable possible des livres électroniques (ebooks), qui se répandent à grande vitesse et qui concurrencent sérieusement le livre en papier.

Qu’attend-on d’une liseuse ? Le confort.

Confort qui est défini selon plusieurs critères :

• Netteté des lettres
• Contraste de l’écran
• Légèreté de l’appareil
• Ergonomie (présence ou non de boutons, prise en mains plus ou moins agréable).
• Rapidité (les premières liseuses étaient d’une lenteur exaspérante).
• Caractéristiques typographiques
• Etc…

Les lignes les plus courtes possible !

Est-ce que la taille de l’écran est un gage de confort de lecture ? A mon avis, non.

Parce que, s’agissant des liseuses, je cherche toujours à obtenir les lignes les plus courtes possibles.

Sur certaines d’entre elles (notamment la « Kindle Paperwhite« , ma préférée, dont le prix a encore baissé), il y a une option permettant de régler les marges droites et gauche, et donc de réduire les lignes.

Avant d’expliquer pourquoi, je vous demande d’observer le blog que vous êtes en train de lire.
Vous remarquerez que les lignes ne sont pas très longues, et qu’en plus il y a des marges assez importantes à droite et à gauche du texte.

Tout ceci est parfaitement volontaire, et faisait partie de mon petit cahier des charges lorsque j’ai mis en place le blog.

Les lignes courtes favorisent une lecture confortable, rapide et efficace.

Lorsque vous lisez une ligne longue, vos yeux se déplacent sans cesse par à-coups horizontaux. Et lorsqu’ils arrivent en bout de ligne, ils ont besoin de chercher la ligne suivante. Pas super-pratique, avouez. Surtout lorsque le paragraphe est long et composé d’un nombre important de lignes : il arrive même parfois de lire plusieurs fois la même portion de texte sans s’en apercevoir. Nous manquons de points de repère, nous nous fatiguons, et nous finissons par oublier carrément ce que nous sommes en train de lire. Je me trompe ?

Lorsque les lignes sont courtes, les yeux sont nettement plus à l’aise, à la fois pour suivre horizontalement le texte et pour « accrocher » la ligne qui suit.

Idéalement, d’ailleurs, je préfèrerais nettement réduire encore les lignes de manière à ce que la lecture ne soit plus horizontale, mais carrément verticale, l’œil englobant la ligne dans sa totalité et se déplaçant de haut en bas, et non plus de gauche à droite.

C’est d’ailleurs la solution qui est employée depuis des temps fort reculés pour la mise en page des journaux de type « quotidien », avec le système des « colonnes » qui fractionnent le texte et en favorisent grandement sa lecture.

.
391px-Journal_epicier
.

Imaginez un journal rempli de lignes qui commenceraient à gauche de la page et finiraient à droite : ce serait totalement illisible…

Grande, moyenne, ou mini ?

Revenons maintenant à nos liseuses : le modèle « ordinaire » fait environ 15 centimètres de diagonale (soit un peu moins de 6 pouces). Soit environ 9 centimètres de largeur. Il offre donc largement la place pour l’affichage de lignes confortables et entourées de marges aérées.

L’appareil reste maniable et léger (important, la légèreté, très important, pour lire d’une main !).

Une liseuse avec écran de 8 pouces n’apporterait à mon avis que des inconvénients : poids plus élevé, encombrement plus grand et lignes plus longues. Non, décidément, je ne suis pas tenté.

A ce compte-là, mieux vaut choisir carrément une tablette avec un bon écran, qui permettra de lire, mais aussi d’en faire bien d’autres usages, en en couleurs. Par exemple, la « Nexus 7 modèle 2013 » est excellente, possède un très bon écran de 7 pouces, largement suffisant, est relativement légère et fera parfaitement l’affaire. Idem pour l’iPad Mini avec écran « Rétina ». C’est d’ailleurs bien mieux pour lire des PDF qu’une liseuse, grand écran ou pas.

…Et inversement, je pense qu’il y a une catégorie d’appareils qui mérite le détour : il s’agit des « mini-liseuses » qui ont pris l’option opposée : leur « plus » consiste à être « moins » : moins grandes, moins lourdes, avec des lignes plus courtes. Et elles tiennent plus facilement dans les poches…

La "Kobo Mini" tient dans la poche... Photo © cafe.kobo.com/

La « Kobo Mini » tient dans la poche…
Photo © cafe.kobo.com/

Mise à jour du 3 décembre 2014 :

Gaëlle, une lectrice, m’a fait une remarque très sensée : les liseuses grand format peuvent être très utiles aux personnes malvoyantes. Elles permettent de conserver des lignes d’une longueur correcte tout en grossissant fortement le texte. Excellente remarque !

Follow on Bloglovin



   

Vous avez aimé cet article ?

Devenez membre de la tribu et recevez la « newsletter du mercredi »*

*Vous pouvez vous désabonner à tout moment et de manière automatique en cliquant sur le lien prévu à cet effet qui se trouve en bas de CHAQUE message que vous recevez. CNIL N° 1533210

.