Il y a quelques mois, j’avais été interpellé par une vidéo de la série TEDx. Une jeune enseignante, Céline Alvarez, présentait avec passion sa classe de maternelle de banlieue difficile, et ce qu’on y voyait provoquait immanquablement la surprise, la perplexité, et certainement, chez certains, l’enthousiasme. Voici cette vidéo :

.
.
Regardez-la bien, parce que je viens d’apprendre que cette expérience n’a pas été reconduite, et que Céline Alvarez a démissionné de l’Education Nationale !

Ce matin, samedi 6 septembre, dans ma classe (eh oui avec la réforme mon école est ouverte le samedi matin), je pensais à Céline Alvarez.

Concentration, engagement actif, retour immédiat

J’avais laissé mes élèves s’installer comme ils le désiraient, et j’observais une petite fille qui, d’elle-même, avait pris la boîte de « lettres rugueuses » et l’ardoise « Boogie Board » et s’était installée à une table. Avec concentration (c’est vraiment le mot exact), elle passait de la lettre à l’ardoise, du doigt au stylet.

.

Classe-paisibleclassepaisible2

.

Un peu plus loin, une autre élève s’appliquait à trouver le trajet de la coccinelle sur un labyrinthe. C’est un exercice de pepit.be que j’avais chargé sur l’ordi de la classe.*

Je ne vais pas vous décrire toutes les occupations de chaque élève (quelques garçons avaient transformé des gros cubes en plastique en camions de chantier et avaient attaqué la construction d’un genre de Viaduc de Millau près du placard. Un autre petit groupe jouait à percuter des figurines des Alphas : « MMMMMAAAA ! FFFFOOOO ! MMMOOOO ! RRRRRUUU ! « Morue ! »).

Certes, en ce samedi matin, j’avais pas mal d’absents. Mais une ambiance sereine flottait sur la classe. Les enfants travaillaient, stimulaient leurs sens, seuls, tranquilles, autonomes, et nous ne sommes qu’au début de l’année…

Je pensais à Céline Alvarez et à cette vidéo que j’avais partagée avec vous. A cette ambiance qui s’en dégageait. Je me disais « c’est possible ». Finalement, cette vidéo était peut-être véritablement révolutionnaire.

Parce que la première fois que je l’ai visionnée, j’étais quand même perplexe. Non pas devant l’enthousiasme de l’enseignante, mais devant les résultats exposés. Elèves lisant couramment dès avant la grande section… Comprenant le sens des quatre opérations…Peut-être que la manière de filmer, proche de celle d’un clip de pub, m’avait un peu gêné. Peut-être que je me disais « c’est trop beau pour être vrai ».

A la récré, nous en avons discuté entre collègues. Un mot revient souvent dans notre école depuis quelques temps : Montessori. Nous sommes persuadés qu’il y a là un énorme champ à explorer. Mais qu’il ne suffit pas de prononcer le mot « Montessori » pour que le miracle se réalise. d’ailleurs, visiblement, la classe de Céline Alvarez n’était pas uniquement « Montessori ».

« N’était » ?

Pourquoi parler au passé ?

« Fin de l’expérience »

Parce que Céline Alvarez a démissionné, et que son expérience de classe différente (au niveau des résultats) est terminée. C’est fini. « A pu ».

J’ai découvert cela 5 minutes avant d’attaquer l’écriture du présent article. Sur le site web du journal « Le Monde ». L’article est ici.

Certes, j’avais compris ou cru comprendre que Céline Alvarez était entrée dans l’Education Nationale avant tout pour mettre en pratique sa grande idée, mêler sciences cognitives et pédagogie Montessori. Et que donc elle n’avait pas vocation à y rester toute sa vie, étant dans une démarche de chercheuse plutôt que d’enseignante installée.

Mais là, il semble que l’expérience ait tourné court brutalement, par volonté de la hiérarchie d’arrêter. Pourquoi ? Certaines hypothèses sont avancées dans l’article du Monde. Je cite :

« Au rectorat de Versailles, les arguments avancés sont un peu confus : « manque de recul », « manque d’évaluation », « manque de cadre »… On y renvoie la balle, un peu gêné, à « la DGESCO », la Direction générale de l’enseignement scolaire chargée d’appliquer la politique du ministre de l’éducation. Sous la droite, celle-ci s’était enthousiasmée pour cette première classe Montessori ouverte dans le public, qui plus est en banlieue, avec le concours de l’association Agir pour l’école. Une époque semble-t-il révolue. »

Ne comptez pas sur moi pour faire de la politique, prendre parti pour les uns ou contre les autres, du moins pas publiquement.

Enquête

Mais comptez sur moi pour essayer d’en savoir un peu plus sur cette manière d’envisager l’enseignement.

Parce que ce matin, j’ai vraiment aimé l’ambiance qui régnait dans ma classe. Et que cette ambiance n’impliquait absolument pas d’être « hors des clous » des instructions officielles.

Si Céline Alvarez lit ces lignes : merci de me contacter, pour que nous puissions discuter de tout ceci et en faire profiter les lecteurs de Tilékol. Vous nous avez intéressés, Céline, et nous suivons avec attention le reste de vos aventures…


 

*Ne me traitez pas tout de suite de gros chanceux : il s’agit de matériel personnel. Aide-toi, le ciel t’aidera !

 

Follow on Bloglovin



   

Vous avez aimé cet article ?

Devenez membre de la tribu et recevez la « newsletter du mercredi »*

*Vous pouvez vous désabonner à tout moment et de manière automatique en cliquant sur le lien prévu à cet effet qui se trouve en bas de CHAQUE message que vous recevez. CNIL N° 1533210

.