Il y a deux ans, je vous parlais de la manière différente d’envisager le travail de bureau, qui consistait à supprimer la chaise et à se mettre debout, à la maison, au travail et dans les classes.

.

.

Et si nous faisions un petit retour sur la question, histoire de faire un petit point sur l’expérience, deux ans après ? Avec un petit tour dans une classe maternelle qui possède des coins où les élèves font leurs activités debout ?

…Par ou commencer ?

Allez, commençons par la coupable : la chaise.

La chaise : bouh la méchante !

Je sais, je sais, affirmer que la chaise est un élément négatif de nos vies paraît étrange, voire farfelu, et vous qui lisez ces lignes, vous êtes peut-être en train de soupirer en vous demandant si je ne suis pas un peu zinzin.

.

L’auteur de l’article, en pleine concentration, à son bureau debout qu’il a surélevé avec les moyens du bord.

.

Je vous encourage à vous replonger dans la série de trois articles que j’avais écris rien que pour vous en mars 2015 :

Pourquoi me suis-je donc intéressé à ce sujet ?

C’est très simple : je ne supportait plus d’être assis des heures devant mon ordinateur. J’avais la sensation d’être prisonnier, j’avais mal aux jambes (et pas qu’aux jambes, si vous voyez ce que je veux dire), mes cervicales me faisaient souffrir, et j’avais l’impression que mes organes internes étaient tout comprimés, serrés les une contre les autres, et qu’ils réclamaient un peu d’air.

Le jour où je me suis levé (en suivant les recommandations du docteur Levine dans son livre passionnant et plein d’humour), tout a changé.

J’ai découvert la liste effarante des problèmes de santé causés par la position assise (diabète, obésité, maladies cardiaques directement liées à la position assise, cancer du sein, cancer du colon, cancer du poumon, endométriose, dépression, hypertension, problèmes de dos, problèmes de sommeil, etc…)

J’ai commencé par mettre deux grands tréteaux sous le plateau qui me servait de bureau, puis je suis passé carrément au « bureau qui marche », un truc futuriste avec un tapis roulant électrique surplombé d’un bureau à hauteur réglable.

Je vais d’ailleurs consacrer un article entier à cet objet particulier, parce qu’il y a pas mal de choses à en dire.

Mais revenons à notre chaise…

Il y a deux choses toutes bêtes à faire à tout prix si on veut ne pas trop en subir les dégâts :

  • Se tenir assis bien droit, pour éviter de comprimer les organes internes. (Vous venez de vous redresser ! Je vous ai vus !)
  • Se lever régulièrement et BOUGER.

Il est d’ailleurs intéressant de voir que l’une des premières applications spécifiques introduites par Apple à sa montre connectée a été la fonction « Me lever » : au bout d’une heure, la montre vibre et vous « ordonne » de vous lever et de faire quelques pas. Merci, montre.

Elle a repéré que vous étiez assis grâce à son capteur de mouvement.

C’est une excellente fonction, qui a d’ailleurs été reprise par d’autres constructeurs depuis.

Je vous conseille de ne pas attendre une heure mais de diviser par deux cette durée (ce qui vous permettra de coupler ceci avec la pratique du pomodoro)

Le principal exercice étant de marcher, de changer de pièce. Quelques étirements sont également bienvenus, ainsi que quelques flexions de jambes.

Il est amusant de voir que lorsque je dans mon bureau de directeur, à école, je ne ressens pas la moindre gêne. Pourquoi ? Parce que d’une part je suis sollicité en permanence, donc je me lève tout le temps, et que d’autre part, mon école étant littéralement farcie d’escaliers, mes jambes travaillent agréablement à longueur de journées.

La classe de Sophie

Et pour les enfants ? A l’école ?

Sophie a une classe de grande section dans mon école primaire.
(J’en profite pour rappeler à certains candidats à l’élection présidentielle qu’une école primaire contient des classes élémentaires et maternelles).

Et dans sa classe que trouve-t-on ? Quelques tables hautes où des groupes d’élèves travaillent debout. Et franchement cela ne les gêne pas le moins du monde, au contraire.

.

.

J’ai posé quelques questions à Sophie :

-Depuis combien de temps utilises-tu des bureaux debout dans ta classe ?
C’est la deuxième année. Ce sont les articles de Tilékol qui m’ont donné envie d’essayer !

-Trouves-tu que c’est positif ?
Tout-à-fait. Parce que les enfants peuvent travailler dans la position qu’ils préfèrent : certains aiment être debout, certains préfèrent être assis. Et ça dégage de la place dans la classe parce que notre école les salles sont petites. Les enfants circulent plus facilement, et lorsqu’ils sont debout j’ai remarqué qu’ils restent plus longtemps concentrés sur leur travail

-Te sers-tu de ces tables pour des activités particulières ?
Non, pas spécialement, les enfants choisissent leur atelier et ils vont où ils veulent. Il y en a qui préfèrent être debout, d’autres assis. Je trouve que pour écrire, certains sont mieux installés debout qu’assis : assis, ils ont souvent tendance à se mettre dans des positions bizarres, alors que debout ils sont obligés de se tenir.

-As-tu eu du mal à trouver des bureaux qui conviennent ?
J’ai fait un peu avec les moyens du bord. J’ai pris une grande table dans une classe élémentaire, j’ai essayé de trouver toutes les tables disponibles dans l’école. J’aimerais d’ailleurs avoir plus de tables debout mais je fais avec les moyens du bord. Je conseille à tout le monde de le faire, c’est vraiment bien, surtout dans les petites classes : souvent le fait de se mettre debout calme les enfants qui bougent beaucoup parce qu’assis, à un moment donné, ils ne savent plus comment se tenir.

.

.

-Est-ce que tu trouves gênant le fait de rester statique debout ?
Oui parce qu’à un moment donné, le fait de rester trop longtemps debout fait mal au dos. Je préfère marcher, être en mouvement. Je vois que si les enfants ont une activité qui les fait se tenir debout trop longtemps, ils se mettent à s’accroupir, ils vont sous la table, ils ressortent… Mais ce n’est pas gênant, parce celui qui est à côté n’est pas dérangé. Ils bougent un peu, puis se remettent à travailler…

-Sais-tu qu’il existe un système de barre mobile, où on peut poser son pied et le balancer pour le faire bouger ? Ce peut être une alternative au tapis de marche…
-Oui, mais je pense que cela risque de distraire les enfants plus qu’autre chose…

-Et est-ce que toi, à titre personnel, tu t’es mise aussi travailler debout ?
Oui je me suis mis à travailler debout également. J’ai bricolé un système pour pouvoir marcher sur mon tapis et travailler debout en même temps. Et c’est génial !

Merci Sophie !

.

De tels ateliers sont nettement plus faciles à gérer debout qu’assis !

Le « bureau de marche »

Dans le prochain article, je vous parlerai de ma propre expérience des bureaux avec tapis de marche :

  • Combien ça coûte ?
  • Comment le choisir ?
  • Comment agencer sa pièce ?
  • Quelles sont les erreurs à éviter ?
  • Quels sont les avantages réels ?
  • Peut-on facilement travailler « en marchant » à l’ordinateur ?
  • Etc…

A très bientôt !

Follow on Bloglovin



   

Vous avez aimé cet article ?

Devenez membre de la tribu et recevez la « newsletter du mercredi »*

*Vous pouvez vous désabonner à tout moment et de manière automatique en cliquant sur le lien prévu à cet effet qui se trouve en bas de CHAQUE message que vous recevez. CNIL N° 1533210

.