Attention, découverte importante ! Un nouveau type de matériel va bientôt faire son entrée dans nos classes. il est hybride, mi-physique, mi-numérique, et du jour au lendemain, il va devenir indispensable en maternelle. La révolution numérique est imprévisible, et sans crier gare, elle peut tout bouleverser. Bon, concernant ce que je vais vous présenter, j’exagère peut-être un peu. Mais non, finalement, je n’exagère pas. Enfin, bon, à vous de vous faire une opinion…

Une tablette tout ce qu’il y a de plus numérique d’un côté…

.

Osmo

.

…Une manipulation tout ce qu’il y a de plus physique de l’autre. Et au milieu, « Osmo ».

Dans la vie, il y a des hasards amusants (à moins qu’il n’y ait pas de hasard, mais laissons ce problème philosophique de côté pour l’instant).

Mercredi dernier, en commentaire de l’article « Monotâche », Joëlle, lectrice de Tilékol, nous indiquait le lien vers une vidéo vraiment passionnante, dans laquelle une linguiste/enseignante en maternelle nous expliquait les quatre grands principes tirés des sciences cognitives qu’elle appliquait dans le cadre d’une expérience éducative, et qui donnait des résultats palpables et même quasiment surnaturels. (Cette vidéo est en bas du présent article, mais patientez un peu, j’en ai une autre à vous montrer avant).

Dans le cadre du processus d’apprentissage, ces quatre grands principes sont des fondamentaux. Et peut-être devrions-nous les avoir toujours sous les yeux lorsque nous sommes en classe, pour bien les intégrer. Pourquoi pas une affichette dans la salle des maîtres ?

Quatre principes fondamentaux

  • L’attention : on ne peut apprendre que si on est attentif (d’où la nécessité d’avoir un environnement propice à la concentration).
  • L’engagement actif : pour apprendre, il faut faire. Pour apprendre à lire, il faut lire. Pour apprendre à parler, il faut parler. Pour apprendre à écrire, il faut écrire. (Les trois dernières phrases sont des évidences qui sont loin d’être toujours mises en pratique). En maternelle, il faut toucher, manipuler, entrer en contact avec le réel. Souvenez-vous de l’intuition de Maria Montessori.
  • Le retour d’information immédiat : c’est ce retour d’information qui, au niveau cérébral, enclenche les processus de compréhension et de mise en place du « puzzle mental » de l’acquisition de connaissances.
  • La consolidation : elle permet d’ancrer les acquisitions, de les mémoriser, de les intégrer.

Vous me direz, c’est bien joli tout ça, mais comment mettre en pratique ces principes dans des salles de classes bondées et peuplées de petits humains montés sur ressorts ?

Il est évident qu’on ne peut pas s’occuper personnellement de chaque élève en particulier et en même temps, à moins d’avoir la possibilité de se cloner, ce qui arrivera un jour mais qui n’est pas encore d’actualité.

Il y a une autre approche, logique, efficace, mais difficile à mettre en oeuvre, sauf pour certain(e)s d’entre vous que je qualifierais volontiers de « magiciens pédagogiques ».

Cette approche consiste à rendre chaque enfant totalement autonome. Cette approche consiste à faire de sa classe un ensemble d’ateliers, de coins, de lieux-ressources, que les élèves choisissent et utilisent à leur gré. Pendant ce temps, l’enseignant peut se focaliser sur ceux qui ont besoin d’aide, soit parce qu’ils le demandent, soit parce qu’ils en ont besoin.

De prime abord, on peut trouver deux difficultés dans la mise en place ce système :

  • Il est difficile de faire de ces ateliers des lieux d’apprentissage. Ce sont plutôt des lieux de consolidation, voire de socialisation, de jeu, ce qui est très bien, mais qui ne permet pas la mise en place des grands principes énoncés ci-dessus.
  • Il est difficile de combiner manipulation et retour immédiat : un enfant va faire de la numération avec des bûchettes, OK, mais qui la lui dire qu’il s’est trompé ? Certes, les Logico et autres Lexidata, sans parler des supports numériques, ordinateurs, tablettes, sont auto-correctifs mais difficilement compatible avec la manipulation. Or, cette manipulation est fondamentale.

Ah, le hasard…

C’est ici qu’entre en jeu le fameux hasard dont je vous parlais en début d’article.

Parce que ce matin, j’ai découvert une information qui va certainement se répandre comme une traînée de poudre dans les écoles maternelles.

Il s’agit d’un nouveau produit, « Osmo », qui possède une caractéristique étonnante : il mêle le numérique et le physique, puisqu’il fonctionne avec un iPad ET du matériel de manipulation.

  • Il développe et capte l’attention.
  • Il provoque un engagement actif, physique, manipulatoire.
  • Il procure un retour d’information immédiat.
  • Il permet la consolidation.

Je vous laisse regarder la vidéo, on en reparle après :

.
.

…Vous avez vu ça ? Etonnant, non ? Et même carrément enthousiasmant. La réalité augmentée entre en maternelle.

J’imagine les perspectives qui s’ouvrent aux enseignants, si le logiciel leur permet, par exemple, d’utiliser les mots précis du vocabulaire de la classe. Ou si le tracé des lettres peut être pris en considération. Espérons que ce ne soit pas un voeu pieux et que les constructeurs prendront pleinement conscience du potentiel éducatif de leur trouvaille.

Le numérique est une révolution, tout le monde le sait.

Le numérique doit être abordé avec précautions, pour ne pas faire entrer les enfants dans une fascination-passivité qui est la voie vers le zapping cérébral et l’effondrement du processus cognitif.

Mais le numérique, vu sous cet angle, c’est carrément une grande porte qui s’ouvre vers des perspectives assez enthousiasmantes.

Vous ne trouvez pas ?

Voici l’autre vidéo, celle dont je vous parlais en début d’article.

.
.

 

Follow on Bloglovin



   

Vous avez aimé cet article ?

Devenez membre de la tribu et recevez la « newsletter du mercredi »*

*Vous pouvez vous désabonner à tout moment et de manière automatique en cliquant sur le lien prévu à cet effet qui se trouve en bas de CHAQUE message que vous recevez. CNIL N° 1533210

.