Voici une petite technique très simple pour vaincre la paralysie qui nous saisit lorsque nous nous sentons parfois (souvent ?) débordés par l’ampleur de tout ce que nous avons à faire. Inutile de se tordre les mains, de fuir en courant, de laisser tout tomber, de se lamenter. Venez, je vous explique.

.
Bon appétit ! ©Magister - he.wikipedia.org

Bon appétit !
©Magister – he.wikipedia.org

.

Il suffit de savoir compter jusqu’à trois.

Si par extraordinaire vous venait l’envie d’avaler un éléphant adulte, vous vous rendriez vite compte que c’est totalement impossible. Par contre, à condition de posséder une marmite suffisamment grande, vous pourriez très bien le faire cuire et le manger bouchée par bouchée.

Quelle horreur ! Manger un éléphant. Mais c’est juste une image, bien entendu. L’éléphant, c’est la somme, la montagne, l’avalanche de choses que vous avez à faire. Et qui vous paralyse. C’est une sensation fort désagréable qui conduit inévitablement à la procrastination et au stress. Sans compter que lorsque, à la dernière minute, vous vous débrouillez pour que ce soit fait, je parie que ce sera mal fait. Je me trompe ?

Rassurez-vous, vous n’êtes pas dans une impasse.

Il y a des solutions.

Je vais vous en expliquer une qui fonctionne particulièrement bien et que j’utilise souvent.

C’est une technique en trois étapes.

Etape 1 : « je respire trois fois. »

Vous allez respirer trois fois, mais pas n’importe comment.

Tout d’abord, vous allez arrêter de gigoter. Vous pouvez rester debout, vous pouvez vous asseoir, mais vous devez vous recentrer sur vous-même un court instant.

Vous allez relâcher vos épaules, fermer les yeux (ou pas), et respirer de la manière suivante :

  • Une inspiration qui va durer trois secondes.
  • Puis vous retenez votre respiration pendant trois secondes.
  • Puis vous expirez pendant trois secondes.
  • Vous faites ça trois fois.

Pourquoi ce cérémonial ? C’est très simple : vous allez en quelque sorte offrir une petite douche mentale à votre cerveau. Ca va le rafraîchir, l’oxygéner, le calmer, le préparer à l’étape suivante.

Etape 2 : « je me pose trois questions. »

Vous voilà calmé(e), vous allez maintenant vous poser trois questions très simples.

Question 1 : « Qu’est-ce que je veux éviter ? »

La réponse est simple : je veux éviter de me disperser, de perdre du temps, de stresser, de m’énerver. Adaptez à votre situation.

Question 2 : « Qu’est-ce que je veux réaliser en priorité ? »

Là, c’est vraiment au cas par cas. Ca pourra être « faire du rangement », « faire la vaisselle », « ranger ma boîte mail », « préparer la rentrée des classes », « ouvrir les enveloppes qui s’accumulent », bref le gros machin devant lequel vous vous sentez bloqué. L’éléphant que vous voudriez avaler.

Question 3 : « Quel est le premier « petit pas » à faire ? »

Vous identifiez la première mini-action à réaliser. Par exemple, si vous avez plein de courrier que vous n’avez pas encore ouvert, ce pourra être « ouvrir une enveloppe, tiens, celle qui se trouve au sommet du tas ! »

Etape 3 : « Je fais ce petit pas ».

Et hop, vous vous êtes calmé (trois respirations contrôlées), vous avez identifié le problème, vous avez identifié votre priorité, vous avez identifié précisément la première petite action à accomplir. Cette petite action est très simple à réaliser.

Et une fois que vous aurez fait le premier pas… vous en ferez un deuxième, un troisième, et bouchée après bouchée, vous allez manger votre éléphant…

Essayez, vous verrez : ça marche à tous les coups.

Follow on Bloglovin

 

 



   

Vous avez aimé cet article ?

Devenez membre de la tribu et recevez la « newsletter du mercredi »*

*Vous pouvez vous désabonner à tout moment et de manière automatique en cliquant sur le lien prévu à cet effet qui se trouve en bas de CHAQUE message que vous recevez. CNIL N° 1533210

.