Vous en avez peut-être entendu parler: dans la ville de Los Angeles, un iPad a été distribué à chaque élève de chaque classe, de 5 à 18 ans. Et cette expérience est en train de tourner en eau de boudin. C’est intéressant, parce que cela permet de comprendre qu’introduire le numérique dans une classe en oubliant au passage la pédagogie, ça ne peut pas fonctionner.

Cette histoire de tablettes à Los Angeles, c’est un peu une histoire de fous.

.

batman

.

De nuls en maths, de naïfs. Mais pas de pédagogues.

Il faut le répéter sans cesse : l’entrée de l’école dans l’ère du numérique doit se faire par la porte de la pédagogie. Sinon, c’est l’échec assuré, avec en prime un gaspillage d’argent public et un désengagement des enseignants.

Ce qui s’est passé à Los Angeles en est l’exemple parfait, caricatural, démesuré, à l’américaine.

Un exemple à ne pas suivre, mais à comprendre, pour éviter de le reproduire.

J’ai été mis au courant de cette histoire rocambolesque par des personnes qui voient d’un mauvais oeil ma volonté d’équiper mon école maternelle de tablettes, plus précisément d’iPads.

Elles m’ont expliqué que ça ne marche pas, et que le « district » de Los Angeles est en train d’en donner la preuve au monde entier.

Ces personnes sont des spécialistes en informatique, des gens respectables et compétents, il était donc naturel que je les écoute. Mais j’ai quand même voulu en avoir le coeur net, et je me suis lancé dans une petite recherche sur Google pour comprendre le pourquoi du comment.

Je précise que je n’ai pas non plus passé des heures à me documenter, je me suis contenté de lire quelques articles significatifs, ( ici, ici, ici, et ici, avec un gag désopilant ici) et j’ai pu me faire une opinion personnelle. Je vous la livre, en sachant que si au passage j’ai oublié un détail important dans cette histoire à la « Dallas », merci de ne pas m’en vouloir, et d’apporter les précisions en commentaire.

Voilà ce qui s’est passé :

1 milliard de dollars au soleil

Dans un élan de générosité étonnant, le district scolaire de Los Angeles a lancé un plan de fourniture d’un iPad par élève.

Ce plan a un coût, qui atteindra 1 milliard de dollars à l’issue de l’opération.

L’opération a démarré dans l’enthousiasme, mais ça n’a pas duré : les « Unes » des journaux, dithyrambiques, parlent maintenant de scandale, voire d’échec (bien qu’à ce que j’ai pu comprendre, l’opération soit maintenue et soit prévue pour s’achever en 2015).

Une histoire de gros sous

On pouvait s’y attendre, le premier problème est un problème de gros sous. On pouvait s’y attendre au pays de l’Oncle Sam, du business et de l’affreux JR.

Ce qui est assez incroyable, c’est de constater que les autorités scolaires ont signé un contrat sans même le lire.

Pour faire court, ils avaient droit à une remise commerciale, mais cette remise ne commençait à prendre effet qu’après un certain nombre d’unités achetées.

Ils se sont étonnés en outre (après avoir signé !) que les iPads leurs soient vendus à un prix plus élevé que le prix public, en oubliant que ce tarif incluait, outre l’appareil, divers accessoires, une garantie de trois ans, une assistance technique, etc… Eh oui, tout ceci a un coût.

Moralité : lorsqu’on investit dans du matériel informatique, il faut d’attendre à des frais supplémentaires. A des vols, de la casse, de l’entretien, des réparations.

Des réseaux inexistants

Deuxième problème : un manque d’accès wifi dans les classes. Là aussi, s’ils voulaient que les tablettes soient connectées, ils auraient quand même pu penser à vérifier que l’équipement existait.

Incroyable, non ?

Oh My God, Facebook !

D’après vous, lorsqu’on donne un équipement informatique à un lycéen, quelle est sa première préoccupation ?

…Aller sur Facebook, sur les autres réseaux sociaux, visiter des « sites de jeunes », voire d’adultes très adultes, si vous voyez ce que je veux dire.

Ce qui devait arriver arriva : en moins d’une semaine, les lycéens ont trouvé le moyen de contourner les protection du joujou qu’on leur avait offert et sont allés se promener sur une partie du web qui ne leur était pas officiellement destiné.

Mais franchement. Comment pouvait-on penser une seconde qu’il puisse en être autrement ? Non, les jeunes ne sont pas manchots, et oui, ils maîtrisent la technique !

Du coup, les bien-pensants sont choqués. Comment ? On distribue aux jeunes des tablettes et ils vont sur Facebook ?

Les autorités du LA School District ont donc été à la fois nulles en maths, incompétentes et naïves.

Mais…

Mais…

Mais…

On n’oublie pas un truc, là ?

Et la pédagogie ?

Vous savez, ce truc bizarre et abscons qui consiste à réfléchir aux moyens de transmettre des connaissances…

Cette pensée qui se situe en amont du cours, en amont de la classe, et bien entendu en amont de la technologie ?

On parle d’échec, mais d’échec de quoi ? De qui ?

  • Les contrats ont été mal rédigés.
  • Les contrats ont été mal lus.
  • Les tablettes ont coûté plus cher que prévu.
  • Les frais annexes ont été oubliés.
  • Les réseaux wifi ont été oubliés.
  • Les élèves sont moins bêtes que prévu et ils ont contourné les blocages.

Oui, et alors ?

  • Tous ces soucis étaient prévisibles.
  • La quantité distribuée d’un coup est délirante et probablement inutile.
  • Il n’y a eu (semble-t-il) aucune phase de test.

Et surtout…

On a pensé « matériel » et pas « pédagogie ».

On peut faire de la pédagogie avec trois cailloux et un brin d’herbe.

On peut entrer dans le numérique avec un ordi, une tablette, mais encore faut-il savoir pourquoi et comment y entrer…

Nous avons avec cette histoire américaine le parfait exemple du piège dans lequel nous ne devons pas tomber.

Il faudrait peut-être penser « pédagogie » et « contenu » avant de penser « matériel », et il faudrait peut-être penser « formation » et « communication » pour pouvoir avoir une chance de faire une pédagogie efficace.

Ce qui est d’ailleurs peut-être le cas à Los Angeles, mais personne n’en parle. Dommage.

 

 


 

Post-scriptum

La tablette est l’ordinateur de demain, et déjà, aujourd’hui, elle le remplace EN MIEUX pour bien des usages.

Il n’y a AUCUNE raison valable au refus d’introduire des tablettes en classe, à condition que cette introduction soit pensée et maîtrisée, et c’est d’ailleurs exactement la même chose pour les ordinateurs, PC, Mac, Linux, peu importe.

Visionnez cette vidéo et entrevoyez les possibilités…

Précision : le produit présenté ici est français.

 

 

Follow on Bloglovin



   

Vous avez aimé cet article ?

Devenez membre de la tribu et recevez la « newsletter du mercredi »*

*Vous pouvez vous désabonner à tout moment et de manière automatique en cliquant sur le lien prévu à cet effet qui se trouve en bas de CHAQUE message que vous recevez. CNIL N° 1533210

.