Faire entrer l’école dans l’ère du numérique ? On y est. Toute l’école, de la petite section de maternelle au CM2. Le cas de la maternelle est quand même assez particulier, et avant de foncer tête baissée, ne pensez-vous pas que nous devons prendre le temps de réfléchir un peu à la question ?

Gouache ou tablette ? Crayons de couleurs ou imprimante ?

.
© VíctorSaboya - Fotolia.com

© VíctorSaboya – Fotolia.com

.

Complémentaires ou opposés ?

Cela fait bien longtemps que l’informatique est entrée dans nos vies. Mais la révolution de l’informatique en a précédé une autre, bien plus profonde, qui bouleverse non seulement nos existences, mais aussi l’économie et la culture.

Cette deuxième révolution s’appelle : « numérique ».

La différence entre informatique et numérique ?

Grosso-modo, l’informatique, ce sont les appareils et les logiciels, et le numérique, c’est le contenu qui est traité, transformé, créé, mis à notre disposition par ces appareils électroniques.

  • L’industrie du disque a été chamboulée par la numérisation de la musique, qui était auparavant transportée par des supports physiques et qui prend désormais la forme de fichiers numériques.
  • Pareil pour l’industrie du cinéma et, dans une certaine mesure, pour la télévision.
  • Même chose pour l’industrie du livre, qui fait l’objet en ce moment même d’une mutation totale.
  • Idem pour les relations humaines, qui se font en grande partie désormais par le biais de réseaux sociaux, de conversations en ligne, de vidéos que chacun peur enregistrer et diffuser à partir de son smartphone…

Je ne vais pas dresser le tableau complet des changements apportés par le numérique dans nos vies, je ne suis pas assez compétent pour cela et des armées de programmeurs, de psychologues, de sociologues, de philosophes, pourraient en débattre pour l’éternité.

Je voudrais juste redescendre un instant dans le quotidien des enseignants et réfléchir avec vous à la réalité des classes de maternelle et des petits enfants qui les fréquentent.

Des humains tout neufs

Ils sont tout neufs. Ils découvrent le monde qui les entoure. Leur corps est en construction, leurs muscles, leur système nerveux est en construction. Leur cerveau est en construction.

Leur rapport au monde, au concret, au symbolique, aux individus, aux objets, aux matières, aux fluides, aux animaux, est en construction.

C’est une étape fondamentale dans l’existence, à ne pas rater. Tout se joue avant six ans, et c’est bien pour cela que l’école maternelle est une invention extraordinaire, qui ne doit certainement pas être mise dans le même panier que celui de l’école élémentaire.

Entrez dans une classe maternelle, qu’y voyez-vous ?

Des enfants qui jouent. Qui parlent entre eux.

Des enfants qui trempent leur pinceau dans la gouache, qui s’émerveillent devant un crayon de couleur jaune.

Des enfants qui collent, déchirent, découpent.

Des enfants qui font des constructions avec des cubes, des « Kapla », des « Bambouchis ». Qui prennent un bout de bois pour un camion et un morceau de tissu pour une robe de fée.

Des enfants qui font de la musculation en malaxant des morceaux de pâte à modeler.

Des enfants qui apprennent à tenir un objet scripteur et qui, progressivement, s’entraînent à le manier avec une dextérité croissante. Jusqu’à arriver à écrire quelques mots « en attaché » à la fin de la grande section.

Des enfants qui sont dans le réel, dans la communication, dans les activités manuelles, dans le jeu instinctif, qui rient, pleurent, courent, transpirent, tombent, se relèvent, apprennent avec avidité.

Quelle place pour le numérique là-dedans ?

Attention, ne vous méprenez pas. Je baigne dans le numérique, je maîtrise l’informatique, je suis un vrai « geek » et j’adore ça.

La musique que j’écoute est numérique, les films que je visionne ont transité par mon ordinateur, je collectionne les liseuses et les tablettes, je crée et consomme des vidéos, je communique en numérique, j’ai d’ailleurs un blog que vous êtes en train de lire en ce moment.

Et je suis enseignant en maternelle.

Et je m’interroge.

Bien entendu, il est absolument hors de question de bannir le numérique de ma classe. En ce moment, par exemple, nous expérimentons un iPad par classe dans mon école et cette expérience est très positive.

Simplement, je me dis que les enseignants de maternelle doivent faire attention.

Attention, défi

L’irruption du numérique doit être un « plus » et non pas un « à la place de ». Il ne doit pas couper les élèves, même de manière minime, des sensations tactiles, olfactives, gustatives, aux seuls privilèges de l’ouïe et de la vue.

Il ne doit pas être un frein à la production, à la création, à l’expérimentation, en se limitant à la consommation de « bonbons numériques », comme les appelle fort justement Véronique Favre sur son blog passionnant « doigtdecole« .

Nous devons nous méfier FORTEMENT de NOMBREUSES « apps » qui ont été réalisées par des personnes qui ne sont pas des enseignants et qui peuvent provoquer de mauvais apprentissages. Je pense notamment (mais pas seulement) aux applications « d’écriture » sur tablettes qui prennent comme base des polices de caractères totalement délirantes.

Nous devons développer des usages qui sont en harmonie avec la construction physique et mentale des enfants.

Un sacré défi, un défi passionnant.

Bien entendu, nous avons tous besoin de votre commentaire, juste là-dessous. La discussion est lancée.

Pas uniquement la discussion, d’ailleurs. Le numérique, l’école, le matériel, les expérimentations, les témoignages, tout ceci sera le fil rouge de ce blog jusqu’à la fin de cette année.

Nous allons échanger, communiquer, partager, et même créer ensemble. Grâce au numérique!

Follow on Bloglovin



   

Vous avez aimé cet article ?

Devenez membre de la tribu et recevez la « newsletter du mercredi »*

*Vous pouvez vous désabonner à tout moment et de manière automatique en cliquant sur le lien prévu à cet effet qui se trouve en bas de CHAQUE message que vous recevez. CNIL N° 1533210

.