Ce sont deux mondes qui s’opposent, à coups de procès, de publicités, de fans, de trouvailles techniques. iPad contre Android. Apple contre Samsung. La guerre des tablettes fait rage. Jusque dans le domaine de l’éducation, où le choix d’un équipement par rapport à l’autre n’est pas évident. Peut-on trancher ? C’est ce que j’ai essayé de faire, en comparant « pour de vrai » un iPad Mini avec un Galaxy Note 8. Un authentique combat, dont voici la première partie.

Dans la vie, on peut avoir du mal à faire des choix, faire des choix qui nous font du mal, et faire le choix de ne pas faire de choix.

.

combat-tablettes

.

Une alternative pareille m’est échue récemment. Voulez-vous connaître quel a été l’objet de mon choix ?

Hein, qu’est-ce qu’il raconte ? Oh, rien, une histoire de tablettes.
Une histoire de bataille de tablettes…

Il faut que je vous explique.

Il y a quelques temps, je me suis trouvé faisant partie d’une réunion absolument officielle et passionnante, ou des personnes sérieuses ont débattu gravement des équipements informatiques qui allaient être choisis pour les écoles de la commune.

Etaient présents des IEN, des représentants de la mairie, du rectorat, des conseillers pédagogiques, des ATICE, et des directeurs d’école dont moi-même (dans la catégorie « maternelles »).

En effet, les instances municipales ont décidé d’investir de manière conséquente pour faire entrer l’école dans l’ère du numérique. Belle initiative qui mérite d’être soulignée.

Et il y avait donc un choix à faire (qui n’est pas encore finalisé). Pas facile.

Parmi les différentes possibilités, nous avions :

  • Des ordinateurs pour les classes.
  • Des ordinateurs à mettre en commun dans la BCD.
  • Un tableau numérique + deux PC portables par classe.
  • Des tablettes.

J’ai connu un moment assez épique lorsque mon tour de donner mon avis fut venu.

J’ai proposé le quatuor Mac Book Air +  iPad(s) + Apple TV, associée à un vidéo-projecteur.

Pourquoi un tel choix ?

Oh, pour plusieurs raisons :

  • Parce que c’est pratique et léger.
  • Parce que ça fonctionne.
  • Parce que ça ne coûte pas trop cher (comparé à des « Prométhéan » au coût mythologique).
  • Parce que le système de compte unique associé à plusieurs tablettes est pratique.
  • Parce que le donneur d’ordres peut gérer facilement un parc de nombreux iPad, et que les écoles peuvent s’équiper en logiciels sans avoir à fournir de numéro de carte bancaire, juste avec un « bon de crédit » numéroté.
  • Parce que je connais bien l’objet iPad, que j’en suis à mon troisième appareil et que j’ai confiance.

…Qu’est-ce que je n’avais pas dit là !

Je me suis fait assaillir sous divers arguments que je ne vais pas vous énumérer ici, mais qui, pour certains, pouvaient se résumer ainsi :

« Pourquoi du matériel Apple alors qu’il y a Android,
qui est moins cher, qui est « exactement pareil »,
et qui est moins snob ? »

Oui, pourquoi ?

 

J’ai énuméré les avantages, je me suis fait rétorquer (amicalement, je tiens à le préciser, nous étions des gentilshommes de bonne compagnie) que je me trompais.

Pourtant, je connais un peu Android, ayant possédé pendant trois mois un « Galaxy Note 2 », très joli et que je mes suis empressé d’échanger contre un iPhone 5, parce que je désirais retrouver ce qui était quand même à mes yeux essentiel : les belles applications qui fonctionnent.

Je vous avoue que je suis sorti de cette réunion un peu abattu. Comment « les autres » ne pouvaient-ils pas voir ce qui était absolument évident à mes yeux ?

…Comment ?

Et puis, tiens, au fait, c’est peut-être moi qui me trompais, après tout.

Il est vrai que je baigne avec délectation dans l’univers Apple depuis plus de vingt-cinq ans, que mon Mac est mon ami, que j’ai assisté avec effroi au déclin de ma marque préférée dans les années 90 et avec admiration et ravissement à sa résurrection dans les années 2000, grâce à une personnalité hors du commun, un authentique visionnaire de génie, Mister Steve Jobs, une immense personnalité qui déclarait que sa mission sur Terre était de construire des ponts et d’allumer des feux. Mission accomplie.

Mais bon, et Android ?

Rassurez-vous, je ne vais pas vous ressortir le couplet du « méchant copieur », j’ai déjà donné pendant des années avec la gué-guerre Mac-PC qui ne m’a jamais fait rire.

C’est vrai, quoi, Android, on le voit partout et les possesseurs de ce type d’appareil n’ont pas l’air de s’en plaindre outre mesure.

Vous savez quoi ?

J’ai décidé d’en avoir le coeur net.

J’ai cassé ma tirelire, et je me suis acheté une tablette Android, et puisque j’y étais, j’ai pris de la qualité : une « Galaxy Note 8 LTE », qui peut aussi faire office de téléphone géant (pratique pour ceux qui ont des oreilles d’éléphant), qui surfe sur les réseaux 4G et qui est fournie avec un stylet incorporé très joli et, paraît-il, très pratique. Un carnet de notes manuscrites dans une tablette, c’est attirant.

J’ai reçu ce superbe objet lundi dernier.

Et depuis, je fais rigoler tout le monde.

  • Parce que je regarde cette tablette avec étonnement.
  • Parce qu’il m’arrive de rester plusieurs secondes, mon iPad mini dans la main gauche et mon Note 8 dans la droite, tout en faisant sans fin avec la tête le mouvement du spectateur du tournoi Roland-Garros.
  • Parce que son écran est très beau.
  • Parce que son stylet a tendance à atterrir de manière naturelle dans ma main sans que je ne m’en rende compte.
  • Parce que, parce que, parce que…
  • Parce que je ne sais pas pourquoi.

Vous voulez que je vous dise ? Ils ont tort de rigoler.

Ils ont tort de rigoler d’un gars qui fait l’effort de comparer de manière objective les deux ennemis jurés, et qui a décidé de le faire, non pas en lisant des compte-rendus biaisés sur internet, mais en s’impliquant, en investissant, en comparant réellement, lui-même, les deux « mondes ».

Mais bon, je les comprends un peu, parce que je suis le premier à rire de bon coeur de moi-même, étant donné que ces derniers temps je ressemble vraiment à une poule qui a trouvé un couteau.

J’ai donc fait un test, un comparatif, un combat, un « battle » entre les deux concurrents tactiles.

Et c’est le détail de cette confrontation que je vous décrirai dans le prochain article !

J’ai besoin de vous !

Si vous utilisez des tablettes dans votre classe et que vous avez eu à faire le choix cornélien entre iPad et Android, exprimez-vous dans les commentaires, ou bien envoyez-moi un petit mail pour m’expliquer en long et en large les raisons du « pourquoi du comment » de votre choix.

Certes, certes, je précise que ces deux tablettes de taille réduite ne sont pas ce qu’il y a de plus adapté dans une classe. Il vaut mieux les « grands modèles ».

Néanmoins, je pense qu’il est intéressant de comparer les caractéristiques des deux systèmes. Vous jugerez par vous-même…

Follow on Bloglovin



   

Vous avez aimé cet article ?

Devenez membre de la tribu et recevez la « newsletter du mercredi »*

*Vous pouvez vous désabonner à tout moment et de manière automatique en cliquant sur le lien prévu à cet effet qui se trouve en bas de CHAQUE message que vous recevez. CNIL N° 1533210

.